Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

Les Échelles du Levant. Amin Maalouf

Lorsque l’esprit des hommes te paraîtra étroit, dis-toi que la terre est vaste. N’hésite jamais à t’éloigner, au-delà de toutes les mers, au-delà de toutes les frontières, de toutes les patries, de toutes les croyances. Amin Maalouf.
 
Chers lecteurs, lectrices
 
Les échellesLes Échelles du Levant est le deuxième livre de l’écrivain Amin Maalouf que nous avons le plaisir de lire au Club. Auparavant, avec la lecture de Léon l’Africain , nous avions suivi le parcours du personnage historique Hassan-al-Wassan, né maure et musulman à l’époque de la chute de Grenade, où cet auteur nous avait reconstitué l’essentiel de la vie de ce fabuleux marchand et écrivain andalou de langue arabe dans une biographie romancée sur fond historique.
 
Dans le roman Les Échelles du Levant, il évoque le passé de Ossyane, son personnage héros, né en 1919 et fils d’un Turc, descendant d’aristocrates, d’éducation libre et privilégiée, et d’une Arménienne. Ossyane quitte le Liban et commence des brillantes études de médecine à Montpellier, puis, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, intègre le réseau “Liberté” lorsqu’il entre dans la Résistance. La mission qu’on lui a chargée est celle de coller des affiches et distribuer des tracts…
 
Cette histoire, écrite d’une manière claire et bien structurée est une autre de ses oeuvres où Maalouf accorde une importance primordiale à l’altérité, la tolérance, la coexistence des religions et cultures, le multiculturalisme, l’amour et la paix.
 
L’auteur
 
AminCet écrivain franco-libanais est reconnu comme spécialiste du monde arabe et des relations entre l’Occident et le Moyen-Orient. L’ensemble de son oeuvre comprend des romans, essais et livrets d’opéras. Il a été recompensé de nombreux prix et notamment du prix Goncourt pour son titre Le rocher de Tanios en 1993.
 
Né en 1949 à Beyrouth, au Liban, au sein d’une famille d’origine chrétienne. Il a fait des études de sociologie et d’économie et a été journaliste pour An-Nahar, le principal quotidien de langue arabe de Beyrouth. Il s’installe à Paris en 1976 s’exiliant de la guerre civile du Liban et reprend son activité de journaliste en voyageant et couvrant de nombreux conflits dans le monde (Mozambique, Iran, Argentine, Balkans). Il devient directeur de l’édition internationale d’An- Nahar et rédacteur en chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique. Il a reçu un doctorat honorifique à l’Université de Rovira i Virgili de Tarragona, de l’Université catholique de Louvain en Belgique, de l’American University of Beirut et de l’Université d’Évora au Portugal. Il est membre de l’Académie Française depuis 2011.
 
Je vous joins ici-bas un entretien de l’auteur avec Jureidini R et un article de Soued A. L’islam a-t-il peur de son avenir?

  • Entretien avec Rima Jureidini
  • l’Islam a-t-il peur de son avenir
  •  

     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    2 Comentaris fins ara

    1. ESTHER dimarts 18 de febrer de 2020 - 14:11 h

      Les livres d’Amin sont très beaux, bien qu’il aborde des sujets douloureux, il écrit vraiment bien, c’est vraiment comme un conteur et le lecteur le lit tout en l’écoutant.
      Tout est si bien expliqué que je n’ai aucune difficulté Karla, à les voir ses montagnes, celles que tu as vu avec tes propres yeux et celle du cousin dans le Mont-Liban où le père a Ossyane et son précepteur s’exilent.
      Le Liban, pour Maalouf est une source de nostalgie. Les sentiments qu’éprouvent le personnage d’Ossyane c’est un peu lui d’ailleurs (…) ” aujourd’hui encore, sur l’autre versant de ma vie, quand il m’arrive de revoir en songe le territoire de mon enfance, c’est cette cabane qui m’apparait.” …(…) “ Après tout, l’avenir est fait de nos nostàlgies, de quoi d’autre? Cet âge où les (…) etc.

    2. KARLA dimarts 18 de febrer de 2020 - 13:24 h

      Tous les livres d’Amin Maalouf qui se déroulent au Liban me touchent une corde sensible parce que j’y ai été au pensionnat. Petite fille, on faisait notre toilette chaque jour dans une salle d’où ont pouvait voir la capitale Beyrouth et l’azur de la mer entre les montagnes. Le pensionnat des soeurs du bon pasteur était/est situé dans les montagnes du Liban.
      Ceci dit, il va de soi que j’ai aimé la relecture de ce livre qui conte l’histoire tragique d’Ossyane qui est également celle de la situation au Moyen Orient.

    Deixa un comentari