Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

La petite fille de Monsieur Linh, de Philippe Claudel

Maternité et berceuse
“Toujours il y a le matin, toujours revient la lumière, toujours il y a un lendemain, un jour c’est toi qui seras mère”

Berceuse traditionnelle chantée à toutes les petites filles
du village de Monsieur Linh, lorsqu’elles viennent au monde.

Philippe Claudel

Chers lecteurs, lectrices, nous abordons ce mois-ci un autre livre de Philippe Claudel, considéré comme un bon romancier de la littérature contemporaine du siècle avec lequel nous avions lu il y a trois ans Le rapport Brodeck qui reçut le prix Goncourt des Etudiants en 2007.

Philippe ClaudelAgrégé de français, scénariste et écrivain. Il naît le 2 février à Meurthe-et-Moselle (département de La Lorraine), Nancy. Maître de conférences à l’Université de Nancy, il enseigne aussi à l’Institut européen du cinéma et de l’audiovisuel. Ce fils de prolétaire qui aime la poésie et la peinture écrit au bistrot du coin auprés des hommes qui portent la mémoire de la région. C’est pour cette mémoire qu’il devient écrivain.

Il publie son premier livre Meuse l’oubli en 1999 et en l’an 2000, il reçoit le Prix France Télévisions avec J’abandonne.

Il se décrit sincère et aime utiliser le terme d’humaniste pour se qualifier. Au début de sa carriére il se tourne naturellement vers les personnes en difficulté, et enseigne dans un centre de détention. (Le bruit des trousseaux). C’est avec Les âmes grises qu’il reçoit le prestigieux prix Renaudaut en 2003.

Une caractéristique utilisée dans l’écriture de Philippe Claudel est l’imprécision des lieux et époques tel Jean Giono, écrivain dont il a prédilection, cette atemporalité qui ne dit pas au lecteur de quelle guerre fuit Monsieur Linh, de quel lieu il provient crée ainsi chez le lecteur cette sensation d’universalité qui l’ accroche et l’emeut car il traite de l’exil, la solitude, le courage, l’amour et l’amitié.

L’écriture de Philippe Claudel est fine, précise et épurée, la poésie du verbe chaleureuse, l’histoire franche et sincére. Il traite avec force les thèmes de la folie et du déracinement.

La petite fille de Monsieur LinhJe vous laisse doncs vous embarquer avec la narrative de Philippe Claudel au premier abord simple et pourtant si profonde et sait par avance que vous allez comprendre la musique des mots.
 
LE LIVRE

Mr Linh est un vieil homme qui a fui son pays dévasté par la guerre n’emportant avec lui que quelques vieux vêtements, une photo jaunie ,une poignée de terre de son pays. Dans ses bras repose un nouveau-né. Mr Linh a décidé de partir avec sa petite fille Sang diû qui veut dire “matin doux”. Aprés un long voyage en bateau, il débarque dans une ville froide et grise. Placé dans un centre de réfugiés au milieu de centaines de personnes comme lui il va sentir la solitude, la tristesse et la difficulté d’adaptation. Dans cette ville inconnu où les gens s’ignorent, il va pourtant se faire un ami, Mr Bark, un gros homme solitaire. Ils ne parlent pas la même langue mais une belle amitié va naître…

FILMOGRAPHIE:

Il y a longtemps que je t’aime (2008), son premier film en tant que réalisateur, avec Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein.

Tous les soleils, avec Stefano Accorsi, Neri Marcorè, Lisa Cipriani, Clotilde Courau et Anouk Aimée

À VOUS DE COMMENTER:

  • L’adaptation de l’immigré dans le pays d’accueil est-elle factible et répond bien aux besoins de l’éxilé?
  • Pourquoi malgré la barrière de la langue nait cette tendre et chaleureuse amitié si particulière entre Mr Linh et Mr Bark?
  • L’art de la chute ici n’est pas une formule vide de sens.

  • Esther Bruna.
    Club de Français

    1 Comentari fins ara

    1. Arantxa dijous 21 de febrer de 2013 - 20:44 h

      Bonjour Esther, voilà, j’ai commencé et puis, j’ai fini en un tour de main, ce beau livre.L’auteur m’a dupé,en me faisant croire que c’était une véritable petite fille, jusqu’à la fin du livre..En fait, sa petite fille était morte depuis le début…Un éclat d’obus lui avait volé en éclats sa pauvre petite tête. Il fut si traumatisé par cette vision, qu’il échangea sa petite fille par la poupée…Il l’incarna, et lui donna vie, un peu comme pour s’exorcicer de la vision funeste dont il venait d’être témoin. Qui, dans son cas, n’aurait pas été bouleversé . Cela,explique pourquoi, on l’interna dans un asile de fous.Tout s’emboite comme par magie, mais pas avant la fin du livre. C’est pourquoi, je ne comprennait pas pourquoi, ils lui permettaient de garder “sa petite fille”, sans l’avoir placé dans un orphelinat. Normalement, lorsqu’une personne est dite folle, elle reste seule dans l’asile où on la place. Elle ne peut emporter ni fils, ni animaux, ni rien du tout…Mais, tout de même, une chose positive, va lui arriver,il va rencontrer, un homme qui va être pour lui très important, Mr.Bark.Il va être le seul réconfort qu’il va avoir, dans toute cette injustice. Une réelle amitié va s’instaurer entre eux. Mr. Bark, dans le passé a tué une grande quantité de personnes dans le pays de Mr. Linh. Mr. Bark, encore aujourd’hui, se sentait coupable… Chacuns de nous garde son propre passé, avec ses peines et ses traumatismes. Mais tous ne devenont pas fous, nous frôlons la folie, mais le fil est bien mince, parfois, un petit évènement, peut nous provoquer une réaction des plus néfaste…

    Deixa un comentari