Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

Yasmina Khadra, L’attentat

Une même consanguinité…Tout Juif de Palestine est un peu arabe et aucun Arabe d’Israël ne peut prétendre ne pas être un peu juif, dit Amine. À ce que le vieillard palestinien lui répond: Tout à fait d’accord avec toi. Alors, pourquoi tant de haine dans une même consanguinité?

Yasmina Khadra

L’auteur:

Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohamed Moulessehoul nait à Kenadsa (Sahara algérien) le 10 janvier 1955 d’un père infirmier et d’une mère nomade.

Il est confié à une institution militaire à l’âge de neuf ans, d’où il sort sous-lieutenant. Après 36 ans passés dans les rangs de l’armée algérienne, il la quitte en août 2000.

Yasmina Khadra, Mohamed MoulessehoulSa passion pour écrire lui vient très jeune et il publie, en Algérie et en langue française diverses nouvelles et romans sous le pseudonyme féminin de Yasmina Khadra qui en réalité est le nom de sa femme. C’est en 2001, lorsque parait son roman autobiographique L’Écrivain qu’il révèle sa véritable identité au public.

L’attentat fait partie de sa célèbre trilogie qui aborde le dialogue stérile opposant l’Orient et l’Occident: Les hirondelles de Kaboul (Afghanistan), L’attentat (Conflit Israélien Palestinien) et Les sirènes de Bagdad (Irak). Avec L’Équation africaine il prolonge cette trilogie (Somalie).

Il reçoit le Grand Prix de littérature Henri Gal le 21 juillet pour l’ensemble de son œuvre.

Cet écrivain est maintenant connu dans le monde entier et traduit en maintes langues. Son écriture est souple, fine, sensible, claire, sans complications et le but de ce bon humaniste comme nous pouvons le constater est d’atteindre le plus grand nombre de lecteurs pour passer le témoin du message qu’il veut transmettre.

Dans L’attentat il met en scène, à travers le destin singulier d’Amine, le déchirement tragique de ces deux peuples condamnés à vivre ensemble.

Il fait part au lecteur de la profondeur de l’identité. Qu’est-il pour son peuple d’origine? Pourquoi les israéliens veulent-il le lyncher suite à l’attentat du kamikaze? Pourquoi son entourage le rejette lui qui n’est là que pour sauver les vies humaines quelles qu’elles soient?

Ainsi, pour Amine, la position humaniste qu’il défend est celle qui compte et celle que lui avait inculqué son père: Et rappelle-toi ceci: il n’y a rien, absolument rien au-dessus de ta vie et ta vie n’est pas au-dessus des autres.

Le livre:

L’attentatDans un restaurant bondé de Tel Aviv, une femme fait exploser la bombe qu’elle dissimulait sous sa robe de grossesse. A l’hôpital, le docteur Amine, israélien d’origine arabe, opère, à la chaîne les nombreux blessés de cet horrible attentat.

Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d’urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Son monde va alors s’écrouler, il s’agit de sa femme Sihem. C’est un choc terrible, comment admettre l’impossible pour cet homme qui a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple et son peuple d’adoption et qui ne vivait que pour son métier et sa femme.

Il va se poser mille questions et soutenu par Kim, sa compagne de travail et ancien amour il décide de partir à la recherche de la cause qui a poussée la femme qu’il aimait à commettre cet acte et se réconcilier avec lui-même, ses origines et la patrie qui l’a intégré.
 

À vous de commenter:

  • L’auteur nous transmet différents messages. Quels sont t’ils?
  • Il évoque tout le long du livre le problème de l’identité et nous ne pouvons que constater combien la haine engendre la haine. Comment sa femme bien-aimée en est-elle venue, sans qu’il soupçonne rien, à devenir kamikaze? Amine n’était-il pas aveuglé par son ascension sociale?
  • La violence a une résonance politique importante dans le livre même si l’auteur expose les faits sans vouloir prendre position mais ce qui à mon avis ressort est bien la violence morale de ce chirurgien qui la refuse aveuglément. Ainsi il y a un autre sentiment qui le pousse à poursuivre réellement son enquête? Lequel est-ce?
  • Biographie de Yasmina Khadra

    Esther Bruna
    Club de Francès.

    6 Comentaris fins ara

    1. Esther dimarts 22 de maig de 2012 - 17:46 h

      Bonjour Arantxa,

      tu n’as pas pu venir au Club mais je tiens à te dire que le livre a beaucoup plu et que c’est bien vrai qu’il finit comme il commence, sans issue, sans solution à propos du conflit israélo-palestinien pour réconcilier les deux parties.
      La haine engendre la violence qui enchaîne plus de violence pourtant, même si Yasmina Khadra essaie de ne pas prendre part au conflit, il dénonce une réalité et une souffrance entre les deux peuples montrant la différence de l’armée israélienne et les combattants palestiniens, la misère du côté palestinien, l’occupation du territoire, les origines d’Amine et la patrie d’adoption etc.
      J’attends tes commentaires pour le prochain livre qui va certainement te plaire aussi.
      À bientôt

    2. Arantxa dilluns 21 de maig de 2012 - 9:32 h

      Bonjour Esther, j’ai enfin fini le livre. Après bien de tracas, Amine découvre que la réelle relation de son épouse avec Adel, était finalement purement et uniquement militante. Il en sera très soulagé, car le fait de s’être senti trompé l’avait rendu très irrascible ces derniers temps. Il va risquer de perdre la vie à plusieurs reprises, mais son entêtement et tel que jusqu’à ce qu’il n’obtienne pas une réponse qui le calme, il ne pense pas s’arréter.Après avoir sombré dans un isolement des plus alcoolisé et destructif, il ne se ressaisira que pour passer de l’autre côté du mur : la Palestine… Il a appris par Yasser que son fils Adel, était à Janin… Grâce à Naveed, il passera en Palestine. Il sera projeté dans un décor des plus ravageur. Rien ne lui rappelle son enfance. Tout est désolation et ruine. Il n’y a même pas de quoi manger. Les gens fuient là où ils peuvent. Mais s’ils n’ont pas de famille, ils doivent rester sur place et attendre un miracle ou bien la mort..Bref, au détour de toute cette folie, Amine perdra la vie dans un attentat qu’il vivra en direct…

    3. Esther dijous 10 de maig de 2012 - 16:44 h

      Ma chère Arantxa
      je constate que tu es en train de lire l’attentat avec beaucoup d’entrain.
      Tu en es au moment où une autre question va chipoter Amine en réalité….continue, continue, tu nous raconteras tes impressions….
      Quel type de relation devait bien maintenir sa femme avec le fameux Adel….shutttttttttt, je ne dis plus rien, à toi de découvrir!

    4. Arantxa dijous 10 de maig de 2012 - 15:24 h

      Amine, continue son parcours de combattant en solitaire. Bien que, Kim, Naveed et Ezra, ses amis, le soutiennent, Amine ne reste pas tranquile pour autant. Il va se mettre en quête de savoir la vérité sur le sacrifice de sa femme. Pour cela, il va mener sa propre enquête á Bethléem.Il va mettre sa vie en danger sans se préocuper de rien. Un peux comme s’il cherchait à mourir…

    5. Arantxa dilluns 30 d'abril de 2012 - 10:08 h

      Bonjour Esther, j’ai commencé le livre. Il commence d’une manière
      assez forte.Avec des détails très directs.Dès les premières lignes on
      sent la force de la religion pour ces gens bléssés. Au lieu de penser
      à leur propre sécurité, ils pensent en la sécurité de leur leader
      religieux.. De la même façon, un bléssé grave refuse de se faire
      soigner par un médecin “arabe”, il préfère mourir que d’être touché
      par ce médecin…

      L’incroyable,
      vient de se réaliser. Amine est transporté au beau milieu d’un
      térrible cauchemard. Tout porte à croire que sa femme Sihem, est la
      térrorriste qui à fait sauter le restaurant victime de l’attentat.Il
      refuse de croire en la culpabilité de sa femme. Mais, bientôt, il
      sera, lui aussi accusé de complicité, et emmené quelque part pour
      subir un intérrogatoire. Il sera intérrogé trois jours et trois nuits,
      sans relâche. Bléssé, salis de ses urines et de son vomi, il sera
      libéré de nouveau. Naveed, vient le chercher, mais Amine est dans un
      tel état de choc, qu’il ne veux voir personne, il veux rentrer chez
      lui… Après avoir vaguer de longues heures, il arrivera enfin á son
      domicile, où, il recevra un réglement de compte, pour être “le sale
      arabe” qui a fait partit de l’attentat…

    6. Arantxa dilluns 30 d'abril de 2012 - 9:58 h

      Depuis l’attentat, la vie d’Amine à totalement changé.Il refuse de croire cette réalité. Mais, après avoir reçu une lettre posthume de sa défunte épouse, il ouvre enfin les yeux sur la fatalité : Sihem avait bel et bien fait l’attentat suicide. Aussi allait-il souffrir de part de ses con-citoyens, une térrible persécution tant physique que morale. Il devra abandonner sa maison, ses biens et sa vie passée…Il trouvera en Kim un support sans limites. Elle l’hébergera chez elle, et s’occupera que tout rentre dans la normalité.Mais en dépit de tout, Amine sombre dans une grande dépression.

    Deixa un comentari