Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

Le malade imaginaire, de Molière

Le Malade Imaginaire by Moliere; Felix Lorioux (Illustrator)C’est pour moi que je lui donne ce médecin; et une fille de bon natural doit être ravie d’épouser ce qui est utile à la santé de son père. Molière.

Chers lecteurs, lectrices,

Il n’y aucun doute que les pièces de Molière, un des géants de la scène, auteur majeur qui incarnait la perfection du théâtre classique au XVII siècle, fassent encore et toujours succès à l’affiche et ravissent le public puisqu’elles font honneur à l’affirmation convaincue prononcée par lui-même qui disait : “la grande règle de toutes les règles est de plaire au public”
Ainsi une lecture de théâtre au Club va nous transporter à une autre époque, chez Le malade imaginaire, Argan, hypocondriaque et personnage central de l’intrigue va faire l’impossible pour qu’Angélique, sa fille, n’épouse pas Cléante, jeune homme beau et courageux car il souhaite à la place un jeune médecin, grand benêt, travailleur et volontaire, afin d’avoir à sa portée le puits de ses cures.

L’auteur

moliereMolière, de son vrai nom Jean- Baptiste Poquelin, nait à Paris en 1622 au sein d’une famille de la bourgeoisie marchande. Il suit ses études secondaires chez les jésuites du collège Clermont à Paris puis commence des études de droit à Orléans qu’il abandonne pour se consacrer à la comédie.
Acteur, dramaturge, metteur en scène, directeur de troupe, il fonde en 1643 la troupe de l’Illustre –Théâtre avec la comédienne Madeleine Béjart qui fera faillite deux ans plus tard.

Il travaille pendant douze ans en province dans une troupe itinérante et à son retour à Paris, en 1658, lui et sa troupe obtiennent la protection de Louis XIV et en 1661 s’installent au Palais-Royal. Son œuvre des Précieuses ridicules en 1662 est tout un triomphe, celle de l’École des femmes et Don Juan en 1665 aussi, Tartuffe et Le Bourgeois gentilhomme en 1669 obtiennent un succès spectaculaire, bien que toutes elles suscitent de nombreuses querelles.

Persécuté par les jaloux et les dévots, il a écrit plus de trente comédies mêlant la drôlerie et l’irrévérence en s’inspirant de Plaute, Terence, de la commedia dell’arte. Il a mis au jour la pédanterie, l’avarice et critiqué la société du XVII e siècle et grâce à son talent, assuré le triomphe dans la maitrise des registres comiques les plus divers.
Cette pièce représentée pour la première fois en 1673 compte trois actes et traite les thèmes de l’hypocondrie, médecine et mort.

Paradoxe du destin, elle sera sa dernière comédie.

Esther Bruna.
Club de Francès.

Cap comentari per ara. Tu pots ser el primer.

Deixa un comentari