Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

Soumission. Michel Houellebecq

Le monde, ainsi plus généralement que tous les journaux de centre-gauche, c’est à dire en reálité tous les journaux, avaient régulièrement dénoncé les “Cassandres” (…) Dans la mythologie grecque, Cassandre se présente d’abord comme une très belle fille(…)Tombé amoureux d’elle, Apollon lui accorde le don de la prophétie en échange de leurs futurs ébats(…) Michel Houellebecq.

 
Chers lecteurs/lectrices,
 
Nous lisons ce mois-ci un autre roman de l’écrivain Michel Houellebecq que nous avions déjà abordé au Club il y a sept ans et dont nous avions fait la lecture Les particules élémentaires, son deuxième roman, avec lequel il a été connu à niveau International en 1998 et où il met en scène deux frères dont l’un, Michel, généticien, a découvert le moyen de produire le plaisir sans relation sexuelle générant une nouvelle civilisation qu’il situe en 2079.
 
Cette fois-ci c’est au tour du roman d’anticipation politique et sociale, Soumission qui se déroule à Paris l’an 2022 et qui dès sa parution, a obtenu un record de ventes en France et dans toute l’Europe suite aux attentats terroristes de la revue Charlie Hebdo (7/01/2015). L’auteur a été accusé d’alimenter l’islamophobie, dont nous débattrons les avis des lecteurs et des lectrices sur cette question.hqdefault
 
Dans tous les cas, depuis qu’il reçoit le prix Goncourt en 2010, avec La Carte et le territoire, cet essayiste, romancier et réalisateur français qui commença sa carrière littéraire en tant que poète s’inspirant de Baudelaire, son favori, continue à publier et à être l’un des auteurs contemporains de langue française le plus connu et traduit.
 
C’est sans doute le fait de chercher à provoquer d’une certaine manière son lectorat ou ce plaisir à montrer la face obscure de l’’être humain, la “culture occidentale”, vide, matérialiste, triste, solitaire, individualiste qui lui vaut d’être autant lu.
 
À vrai dire il est loin d’être un écrivain laissant indifférent et a donné lieu à différentes controverses médiatiques de ses livres par rapport aux idées politiques, morales et philosophiques que soutiennent ses personnages. L’aspect scandaleux ou provocateur de certains de ces points de vue a donné lieu à différentes interprétations (racisme de l’auteur, xénophobie, jeu médiatique..etc.)
 
Il se définit lui-même, lors d’un entretien de la journaliste Catherine Argand, correspondant au type du nerveux, c’est- à -dire, émotif, primaire, non actif (…) qui dispose d’un sens tactile très développé. Son terrain intellectuel est très variable, parfois extrêmement fort, parfois nul. Soumission_cover Il en est de même pour son intérêt sexuel. Par bien des côtés il correspond au portrait du maniaco-dépressif…
 
Les thématiques qu’il aborde dans Soumission sont la solitude, la frustration , le bonheur, la religion et le sexe (pour qui il a une obsession pesante) et qui sont récurrentes dans la totalité de son oeuvre et, la politique, où il mêle réalité et fiction dans le récit en plaçant des personnages politiques tels que Marine Le Pen, Lionel Jospin, François Hollande, Manuel Valls et l’Islam s’emparant du pouvoir en France.
 
Je vous affiche un entretien que la journaliste et professeur Sylvain Bourmeau lui fait à propos de son livre.
 
Cliquez ICI pour le lire et je vous attends vendredi 16/03/2018 à la bibliothèque pour nos commentaires et les différentes interprétations que nous aurons extraits ou non de cette lecture.
 
 
 

 

 
 
Biblioteca Joan Oliva i Milà.
 

5 Comentaris fins ara

  1. Esther dijous 15 de març de 2018 - 6:49 h

    Absolument d’accord, François est un homme morne et triste, un pessimiste sans espoir de rien, sans aucune ambition, sans amour et sans trop de joies exceptuant le sexe de temps en temps. Il se décrit lui-même ayant toujours “des migraines, maux de dents, hémorroides, maladies de peau” qui ne “s’attend pas à avoir une fin de vie heureuse(…)p72. Il est d’un ennui “à faire bailler les pierres”. S’il a fait quelque chose de remarquable dans la vie c’est sa thèse sur Huysmans à qui il a consacré 7 années de sa vie. L’ éloge à la littérature,présente le long du livre d’ailleurs a son interêt et suit un bon fil conducteur. Le parcours de Huysmans, sa vie monàstique , sa conversion au catholicisme…a un rapport étroit avec le cheminement de François et sa recherche de donner un sens à sa vie, sa quête de bonheur…Le roman ne me semble pas inachevé. François trouve une sortie d’issue grâce à la Pléiade et sa conversion à l’Islam.

  2. Enric dimarts 13 de març de 2018 - 21:34 h

    Bonjour Esther:
    Ce roman donne pour plusieurs et longues commentaires, j’ai fini sa lecture, il m´a surpris très positivement, tu as fait Esther une bonne et intéressante sélection. J ajoute ce petit commentaire.
    François, le protagoniste, représente la décadence actuel de la intellectualité qui n´est pas compromise avec rien, le désenchantement du monde occidental, l’anxiété moderne de notre temps, l’absence des idéaux ou de foi à rien. Aux derrières chapitres Houellebecq fait une pirouette géniale, il piétine plusieurs cors. Les conversations avec Mn. Rediger, les réflexions de François et la « soumission » final avec sa conversion à l’Islam. Quelques accusent à Houellebecq d´avoir fait un roman inachevé mais n´est pas vrai, le fin du roman, on le doit « écrire » le propre lecteur.

  3. Felipe dissabte 10 de març de 2018 - 7:54 h

    Michel Houellebecq (Illa de la Reunió, França, 1956) és el novel·lista (també escriu assaig i poesia) més controvertit i polèmic dels darrers 20 anys a França. Titllat de misogin, pornògraf, racista, islamofob i unes quantes coses més. Jo he llegit tres de les seva obres, i sens dubte no et deixen indiferent. Penso que és un dels escriptors més valents i potents actuals i recomano la seva lectura.

    La seva darrera obra, “Submissió”, va aparèixer a les llibreries el mateix dia dels atemptats de Charlie Hebdo, on van assassinar a un amic personal de Houellebecq. Després dels atemptats, l´autor va suspendre la promoció del llibre i va fugir de París.

    Aquest fragment que us adjunto em va impressionar, no tan sols per com està escrit sinó per la clarividència que ens aporta.

    “La idea era la siguiente: ¿podía sobrevivir la cristiandad? Lo creí, lo creí unos años, con crecientes dudas, cada vez estaba más influido por el pensamiento de Toynbee, por su idea de que las civilizaciones no mueren asesinadas, sino que se suicidan. Y luego todo se desmoronó, en un día: exactamente, el 30 de marzo de 2013; recuerdo que era el fin de semana de pascua. En esa época vivía en Bruselas y de vez en cuando iba a tomar una copa al bar del Métropole. Siempre me ha gustado el estilo de Art Nouveau: hay cosas magníficas en Praga o en Viena, también hay algunos edificios interesantes en París o en Londres, pero para mí, con razón o sin ella, la cumbre de la decoración Art Nouveau era el Hotel Métropole de Bruselas, y en particular su bar. La mañana del 30 de marzo pasé por delante por casualidad y vi un cartel que indicaba que el bar Métropole cerraría definitivamente sus puertas esa misma noche. Me quedé estupefacto: me dirigí a los camareros. Lo confirmaron; desconocían las razones exactas del cierre. Pensar que hasta entonces se podían pedir bocadillos y cervezas, chocolates vieneses y pasteles de crema en esa obra maestra absoluta del arte decorativo, que uno podía vivir su vida cotidiana rodeado de belleza, y que todo eso iba a desaparecer, de golpe, ¡en pleno corazón de la capital de Europa…! Sí, en ese momento lo comprendí: Europa ya se había suicidado.”

    Michel Houellebecq
    Sumisión (Soumission, 2015)

  4. Esther dissabte 10 de març de 2018 - 6:16 h

    Bonjour Henri,
    Dans la satire il y a toujours ce point de véracité dérangeant en effet qui vise et remet en question le déroulement de la politique, dans ce cas,la française qui est absolument extensible aux autres polítiques européennes et leur avenir. “Cette Europe qui était le sommet de la civilisation humaine s’est bel et bien suicidée, en l’espace de quelques décennies” Efectivement, le mal causé par l’homme et qui entraine les abominations connues malheureusement (guerres absurdes, fanatisme religieux, exploitation sexuelle des femmes, politique materialiste et un long etc) brande le drapeau le plus déroutant du monde mondial: celui de l’hypocrisie et la contradition. Je suis d’accord avec toi et je pense que dans l’ère de l’information, les personnes qui ne sont pas dupes, savent que derrière les coulisses de la vie, se trouvent tous les pouvoirs econòmiques qui meuvent le monde.
    Ici, Houellebecq a manié habilement la crédibilité de son roman en critiquant la France actuelle et tous ses revers (chômage, précarité, montée du FN, inexistence et inaction des partís polítiques de gauche) pour imaginer une situation extrême et un retour en arrière de notre civilisation qui chamboule notre façon d’être: fini l’athéisme, femmes soumises et objets,sortie des femmes du marché, obligation scolaire à la fin de la primaire, enseignement secondaire et supérieur privé etc), bref, en revenir à la paix que produït la conversion. Il a placé comme narrateur de son roman a un anti-héros qui ressemble à la société décadente qu’il critique, d’un pessimisme absolu, d’une nature abattue, sans illusion, provocateur, vicieux, seul au monde, d’une idéologie décafeinée, problèmatique,révulsif…bref, il a tout pour plaire ce malheureux de la vie qui recherche la quête du bonheur malgré tout comme Huysmans. J’ai hâte de savoir ce qu’en disent les autres.

  5. Enric dijous 8 de març de 2018 - 22:12 h

    Bonjour Esther.
    Je suis en train de finir le livre mais je laisse ce petit commentaire sur la trame de fond. Ce roman est une satire politique efficace et aussi dérangeante, on peut dire aussi une noire fiction politique, mais qui te fait repenser et te maitre en garde sur certains éléments dans lesquels se débrouille actuellement nôtre société spécialement ces qui font référence aux bizarres pactes que seraient capables d`atteindre les différents partis pour obtenir le pouvoir si long souhaité. Malgré qu’en ces temps dans lequel nous vivons tout est possible, il est difficile maintenant qu’on se produise cette situation. Il la place à la France du 2022, mais n´est pas insensée l’hypothèse qui propose Houellebecq. Tous les pouvoirs économiques occidentaux désirent les millionnaires investissements des pétrodollars des monarchies arabes, pour qui sauvent les banques, les industries, les équipes de football, etc. de ses crises financières. Mais on doit être un peu innocent pour penser que a longe délai il ne faudrait pas payer un péage politique, sociale et culturel, parce que comme on dit : qui paie, ce qui commande.

Deixa un comentari