Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

Arxiu per la categoria: - FRANCÈS

Lectures fresques

books-918521_640

l’1 de setembre passat, us donàvem la benvinguda a la temporada de Clubs de Lectura 2017-2018 de la Joan Oliva amb un petit vídeo de presentació. Ara, com a cloenda, hem preparat també un vídeo amb algunes de les lectures que més han agradat als clubaires al llarg de tot aquest curs. Així que si no sabeu què llegir aquest estiu, aquí hi trobareu algunes recomanacions:

Els llibres recomanats són:

  • Set dies al llac, de Núria Martí Constans i Miquel Strogoff, de Jules Verne: tots dos, llibres del Club de Lectura Fàcil en Català.
  • Petit Pays, de Gaël Faye i Le vieux nègre et la médaille, de Ferdinand Oyono: ambdós, llibres del Club de Lectura en Francès.
  • Els amants d’Hiroshima, de Toni Hill: lectura del Club de Lectura de Gènere Negre l’Oliva Negra.
  • L’aprenent de bruixot i els Invisbles, de Jordi Sierra Fabra: un dels llibres que més ha agradat als nois i noies del Club de Lectura LLibr@venturers.
  • Finalitzem amb aquest post les videorecomanacions que hem fet aquest estiu. Recordeu que el proper setembre’18 obrirem el període d’inscripció 2018-2019 per a tots els clubs de lectura de la biblioteca Joan Oliva.

    Bon estiu i millors lectures!

    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    No hi ha comentaris

    Clubs de lectura en francès. Última trobada conjunta de la temporada 2017-2018.

    Chers lecteurs, lectrices
     
    Après l’essai de la Tirade du nez, plus rien ne pourra nous arrêter et nous partirons très bientôt brûler les planches là où il faut. Pour ne pas faire rire le velours, il va falloir mettre du bois et si nous voulons tenir l’affiche nous devrons ne pas jouer les divas, ne pas parler trop bas ni faire pleurer Margot. Il nous faudra suivre quelques conseils si nous voulons casser la baraque: ne pas jouer au pied levé, ne pas faire l’avion au rideau et surtout faire le pitre afin d’amuser le badaud et l’attirer dans la salle. Aucun acteur ne pêchera à la ligne, aucun acteur n’aura le beau rôle, aucun acteur ne jouera les accessoires, notre mise en scène sera collective. Pour faire chéri-chéri, il va falloir chauffer la salle et pour ne pas se ramasser de veste, il va falloir bien travailler mais surtout bien s’amuser.
     

  • C’est amusant découvrir les expressions du théâtre !
  •  

     

  • Je vous passe aussi le lien où vous pouvez apprécier vos dons d’acteurs et actrices dans la célèbre Tirade du Nez (acte II).
  •  

     

  • Merci pour faire de la lecture en français un voyage passionnant, merci pour votre enthousiasme, merci pour votre engagement, merci pour tout. À très bientôt !
  •  

     
     
    Quelques images:
     

    DSC_0031 DSC_0033

     

    Cyrano a ôté son chapeau

     

    IMG_0711

     
     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    No hi ha comentaris

    Cyrano de Bergerac. Trobada de clubs de lectura en francès

    Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
    Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
    Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
    Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer;
    C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
    Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
    Une communion ayant un goût de fleur,
    Une façon d’un peu se respirer le cœur,
    Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !


     
    Chers lecteurs/lectrices,
     
    C’est un vrai plaisir pour les Clubs de lecture en français de la Bibliothèque Joan Oliva i Milà de clore la saison avec Cyrano de Bergerac, personnage littéraire qui n’a nul besoin de présentation. Ayant fait l’objet de nombreuses adaptations cinématographiques, il est régulièrement à l’affiche dans les programmations théâtrales aussi bien en France qu’à l’étranger. Notamment, le 20/05/2018 à 19h où il sera brillamment représenté par Lluís Homar au Théâtre Principal de Vilanova i la Geltrú.
     
    Les atouts de ce personnage sont nombreux: homme fier, esprit libre, verve poétique, fidèle à ses principes, il va être honnête jusqu’à la fin, envers son ami Christian (son rival, dans le triangle amoureux qu’ils forment tous deux avec Roxane). Socialement, Cyrano est apprécié et admiré au sein de la compagnie des cadets. Il a une bonne réputation et n’hésite pas à s’exprimer et à se moquer de l’ordre établi s’il le faut, provocateur et fier d’être gascon, son panache et son franc-parler ne passe pas inaperçu.
     
    Éperdument amoureux de Roxane, une amatrice de théâtre qui adore se faire courtiser en recevant des compositions poétiques, il va avoir l’occasion de gagner son cœur en lui adressant des lettres mais d’une façon anonyme en quelque sorte puisqu’il doit se faire passer pour l’autre.
     
    De quoi souffre Cyrano pour accepter cette prouesse ? Les lecteurs se laisseront-ils emportés par la verve de Christian (l’un récite, l’autre souffle) dans la fameuse scène du balcon ? Condamneront-ils Roxane pour être si naïve ? Se sentiront-ils touchés par la sensibilité que dégage Le Bret? Beaucoup de questions et beaucoup plus de réponses nous attendent après la lecture de ce livre.
     
    Acte I, scène 3 La célèbre tirade du nez avec l’acteur Gérard Depardieu en tant que Cyrano dans la version de Jean-Paul Rappeneau.
     

     
    C’est une belle variante théâtrale de l’époque du classicisme qu’Edmond Rostand, dramaturge, essayiste et poète français, né à Marseille en 1868 offre à ses spectateurs en 1897. Il a situé l’action en 1640 à Paris et s’est inspiré de la vie de l’écrivain Hercule Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655) pour écrire cette pièce qui connait un immense succès et lui vaut le titre de chevalier de La légion d’honneur.
     
    Avant d’être élu à l’Académie Française en 1901 où il ne sera accueilli que trois ans plus tard à cause d’une maladie pulmonaire, il écrit La Princesse lointaine dont l’intrigue est très semblable à celle de Cyrano de Bergerac (triangle amoureux, l’un doté de beauté et l’autre de belles paroles) et La Samaritaine, un évangile en trois tableaux puis obtient un fort succès pour sa pièce dramatique L’Aiglon, dont la comédienne Sarah Bernhardt tient le rôle principal (costumée en homme). Par ailleurs, en hommage à un grand de la poésie romantique, Victor Hugo, lors de son centenaire et du 72è anniversaire d’Hernani, il écrit le magnifique poème Un soir à Hernani.
     
    Je vous affiche ici-bas quelques liens intéressants pour en savoir bien plus sur cet auteur et, notamment, celui de l’artiste, auteur du buste de Cyrano qui correspond à l’image du marque-page exclusif de notre rencontre de Clubs de lecture en français de la bibliothèque le 18/05/2018 à 16h30. Je souhaite qu’il vous plaise ! ???????????????????????????
     
    Site d’actualité sur Cyrano.
     
    Livres audios.
     
    À ne pas perdre : « La Ronde des jurons » de Georges Brassens.
     
    Site de l’artiste sculpteur statuaire Dan Robert, auteur du buste de Cyrano avec l’image utilisée pour le marque-page.
     
    Clips de poésies chantées.
     
     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    No hi ha comentaris

    L’Amant. Marguerite Duras

    “Je crois avoir dit l’amour qu’on portait à notre mère mais je ne sais pas si j’ai dit la haine qu’on lui portait aussi”. Marguerite Duras.

     
    L’Amant de Marguerite Duras
     
    Genre: Roman
     
    Thématiques: amour transgresseur, initiation, Indochine, Société coloniale
     
    La romancière consacrée de la littérature française du 20eS, Marguerite Duras est objet de nombreuses études en France comme à l’étranger et l’amour sont au rendez-vous , ce mois-ci , au Club de lecture de la bibliothèque.

    L'amantL’Amant est le récit d’auto-fiction grâce auquel l’auteur remporta le prestigieux prix Goncourt en 1984 . Obtenant un record de vente exceptionnel, il a été traduit dans plus de 40 langues.
     
    Duras est née en 1914,à Gia Dinh (Indonésie), antérieurement (Cochinchine et ancienne région de l’Indochine française). Elle a été profondément marquée par son enfance et adolescence en Indochine française, lieu qui lui a servi d’inspiration dans nombreuses de ses oeuvres et où elle a vécue avec sa mère jusqu’en 1932.
     
    Membre actif du Parti Communiste, elle a participée avec la Résistance puis a été déportée en Alemagne. La guerre finie, elle a commencé une intense activité littéraire dans le journalisme, littérature, théâtre et cinéma écrivant le scénario des fameux films Hiroshima, mon amour (1959), Détruire dit-elle (1969), ou India Song (1973).
     
    Elle est auteur d’une prolifique bibliographie, des entretiens, des adaptations de texte étrangers et de très nombreux articles. Elle a travaillé en tant que scénariste et dialoguiste pour le cinema et en tant que réalisatrice. Dès la sortie de son premier roman “Les impudents”, elle n’a cessé d’écrire. Ses romans se caractérisent pour avoir une écriture simple et épurée, un style très personnel et original et un clair positionnement intellectuel.
     
    Un barrage contre le Pacifique (livre où elle fait une critique très explicite du système colonial, de la division et la ségrégation raciale entre Un barrage... les colonisateurs et les colonisés) et l’Amant sont deux de ses romans les plus célèbres où apparaissent trois personnages récurrents: la mère, le frère et l’amant.
    J’ai à votre disposition sept livres de “Un barrage contre le Pacifique” pour les personnes qui préfèrent lire celui-ci ou qui ont déjà lu l’Amant et veulent en apprécier la réecriture.
     
    L’histoire de L’Amant
    Une vieille femme, la narratrice du roman, évoque une jeune fille pauvre, issue d’une famille de coloniaux, dont elle essaye de se souvenir qui est elle-même, en pleine adolescence, lors de la rencontre qu’elle fait avec un Chinois riche et très élégant. Alors qu’elle se rend à la pension de Saigon, à la fin de ses vacances scolaires, il l’aborde timidement… Elle va vivre une relation amoureuse, aux alentours des années trente, en Indochine française transgressant les convenances sociales, morales et raciales à la situation coloniale…
     
    L’histoire de Un Barrage contre le Pacifique
    La mère de Joseph et Suzanne, veuve et institutrice originaire du Nord de la France espère faire fortune en investissant ses économies dans une concession achetée en Indochine française dans la décennie 1920-1930. Les terres cependant, s’avèrent incultivables, fait qui la plonge dans le desespoir et fait mener à cette famille de colons une vie de pauvreté. M.Jo est laid,sans esprit, de faible constitution mais il est le fils d’un spéculateur et riche planteur du Nord.Il s’éprend de Suzanne et tente d’en obtenir les faveurs…
     
    Biographie de Marguerite Duras
     
     

     
     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    No hi ha comentaris

    Soumission. Michel Houellebecq

    Le monde, ainsi plus généralement que tous les journaux de centre-gauche, c’est à dire en reálité tous les journaux, avaient régulièrement dénoncé les “Cassandres” (…) Dans la mythologie grecque, Cassandre se présente d’abord comme une très belle fille(…)Tombé amoureux d’elle, Apollon lui accorde le don de la prophétie en échange de leurs futurs ébats(…) Michel Houellebecq.

     
    Chers lecteurs/lectrices,
     
    Nous lisons ce mois-ci un autre roman de l’écrivain Michel Houellebecq que nous avions déjà abordé au Club il y a sept ans et dont nous avions fait la lecture Les particules élémentaires, son deuxième roman, avec lequel il a été connu à niveau International en 1998 et où il met en scène deux frères dont l’un, Michel, généticien, a découvert le moyen de produire le plaisir sans relation sexuelle générant une nouvelle civilisation qu’il situe en 2079.
     
    Cette fois-ci c’est au tour du roman d’anticipation politique et sociale, Soumission qui se déroule à Paris l’an 2022 et qui dès sa parution, a obtenu un record de ventes en France et dans toute l’Europe suite aux attentats terroristes de la revue Charlie Hebdo (7/01/2015). L’auteur a été accusé d’alimenter l’islamophobie, dont nous débattrons les avis des lecteurs et des lectrices sur cette question.hqdefault
     
    Dans tous les cas, depuis qu’il reçoit le prix Goncourt en 2010, avec La Carte et le territoire, cet essayiste, romancier et réalisateur français qui commença sa carrière littéraire en tant que poète s’inspirant de Baudelaire, son favori, continue à publier et à être l’un des auteurs contemporains de langue française le plus connu et traduit.
     
    C’est sans doute le fait de chercher à provoquer d’une certaine manière son lectorat ou ce plaisir à montrer la face obscure de l’’être humain, la “culture occidentale”, vide, matérialiste, triste, solitaire, individualiste qui lui vaut d’être autant lu.
     
    À vrai dire il est loin d’être un écrivain laissant indifférent et a donné lieu à différentes controverses médiatiques de ses livres par rapport aux idées politiques, morales et philosophiques que soutiennent ses personnages. L’aspect scandaleux ou provocateur de certains de ces points de vue a donné lieu à différentes interprétations (racisme de l’auteur, xénophobie, jeu médiatique..etc.)
     
    Il se définit lui-même, lors d’un entretien de la journaliste Catherine Argand, correspondant au type du nerveux, c’est- à -dire, émotif, primaire, non actif (…) qui dispose d’un sens tactile très développé. Son terrain intellectuel est très variable, parfois extrêmement fort, parfois nul. Soumission_cover Il en est de même pour son intérêt sexuel. Par bien des côtés il correspond au portrait du maniaco-dépressif…
     
    Les thématiques qu’il aborde dans Soumission sont la solitude, la frustration , le bonheur, la religion et le sexe (pour qui il a une obsession pesante) et qui sont récurrentes dans la totalité de son oeuvre et, la politique, où il mêle réalité et fiction dans le récit en plaçant des personnages politiques tels que Marine Le Pen, Lionel Jospin, François Hollande, Manuel Valls et l’Islam s’emparant du pouvoir en France.
     
    Je vous affiche un entretien que la journaliste et professeur Sylvain Bourmeau lui fait à propos de son livre.
     
    Cliquez ICI pour le lire et je vous attends vendredi 16/03/2018 à la bibliothèque pour nos commentaires et les différentes interprétations que nous aurons extraits ou non de cette lecture.
     
     
     

     

     
     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.
     

    5 comentaris

    Séance de lecture en voix-haute de poésie. Charles Baudelaire

    Le club de lecture en français commence l’année en poésie.

    Dialogue Mallarmé avec Degas…Le peintre entreprenant d’écrire des sonnets… « J’ai pourtant des idées… » et Mallarmé qui répond « Mais Degas, ce n’est point avec des idées qu’on écrit des vers : c’est avec des mots »
     
    Harmonie du soir XLVII
     
    Voici venir les temps où vibrant sur sa tige c5366a7c3832e8d79e79a7ff8e48276b--baudelaire-weheartit
    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
    Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !
     
    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
    Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.
     
    Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige,
    Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
    Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.
     
    Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
    Du passé lumineux recueille tout vestige !
    Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige …
    Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !
     
    Baudelaire.
     
    Quoi de plus satisfaisant que d’entamer l’année 2018 en poésie. Ce genre littéraire qui a permis à l’humanité toute entière de s’exprimer à travers les mots qui sont susceptibles de nous procurer de l’émotion. La poésie est une belle expérience pour le lecteur quand il s’y en approche, la tâtonne et y prend gout jusqu’à lui en devenir fidèle. Le lecteur qui aborde la poésie, entreprend une aventure fascinante, en découvre le sens souterrain et les divers chemins à laquelle elle mène.
     
    L’écrivain choisi pour notre séance de lecture de poésie est Charles Baudelaire, poète né à Paris en1821. Définir son écriture est chose bien compliquée. Elle se caractérise pour sa modernité et pour extraire la beauté du Mal, son thème central, pour concevoir l’inspiration intime qui est celle d’essayer d’atteindre l’Idéal sans jamais y arriver, le beau et le bien qui oscillent entre l’angélique et le satanique, la passion voluptueuse, l’hymne à la sensualité féminine, la mélancolie , le souvenir lié à l’amour, l’ambivalence, la dualité , la contradiction, le trajet de l’humain toujours sans fin par sa mortelle condition et, un long etcetera.
     
    Il est donc beaucoup plus important plutôt que d’essayer de la définir, de la lire et y rechercher ses figures de style, la sonorité de ses rythmes, l’imagination ou l’intention du poète qui réactive la nôtre et ainsi la penser pour mieux l’apprécier. La lecture en groupe et en voix haute est un exercice très bénéfique et où les assistants sont la clé qui donne le sens à ce partage d’idées.
     
    L’auteur
     
    Charles Baudelaire perd son père en 1827, peintre et homme illustré et haïra l’homme avec lequel sa mère se marie un an plus tard, le baron et commandant militaire Aupick . Il suivra ses études suivant les villes où son beau-père sera destiné et se plaira à s’opposer aux valeurs de la bourgeoisie du Second Empire.
     
    Provocateur et in conformiste il se lie étroitement à la bohème romantique, aux artistes par vocation, anti-bourgeois, aux écrivains tels que Gérard de Nerval, Balzac, Théodore de Banville, Théophile Gautier qui s’efforcent à prendre leurs distances par rapport à la grande poésie romantique de la république des lettres (Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Musset, Alfred de Vigny). Il rêve comme ceux de sa génération dans une société qui ne leur accorde pas d’importance et où les activités artistiques sont de simples distractions.
    Suivant la critique érudite, c’est l’époque où il connaitra, Sarah La Louchette, une prostituée avec qui il s’initiera et qui lui transmettra la syphilis. Les trois autres femmes et inspiratrices d’une part de son œuvre bien qu’elles n’y soient jamais mentionnées seront Jeanne Duval (1842), Marie Aubrun (1847) et Apollonie Sabatier(1852).
    Baudelaire aime sa vie de dandy flâneur, écrit beaucoup de 1840 à 1843 bien qu’il ne publie pas. Remarquable dessinateur, poète distingué et original, il se préoccupe autant de peinture que de poésie. Il est grand admirateur du peintre Delacroix et de Manet et a été un brillant défenseur de la peinture romantique et un grand critique d’art. Il a admiré l’écrivain nord-américain Edgar Poe et a traduit au français ses Histoires extraordinaires et Les nouvelles histoires extraordinaires ainsi que la musique de Wagner.
     
    Je vous affiche la chronologie de sa vie recompilée par l’écrivain, journaliste et érudit français Pascal Pia (Pierre Durand) pour en savoir bien davantage sur cet artiste.
     

    Vie-de-Baudelaire-001 Vie-de-Baudelaire-002 Vie-de-Baudelaire-003 Vie-de-Baudelaire-004 Vie-de-Baudelaire-005

    Vie-de-Baudelaire-006 Vie-de-Baudelaire-007 Vie-de-Baudelaire-008 Vie-de-Baudelaire-009

    Vie-de-Baudelaire-010 Vie-de-Baudelaire-011 Vie-de-Baudelaire-012 Vie-de-Baudelaire-013

     
    http://litterae.pagesperso-orange.fr/page3.3.baudelaire.html
    http://www.discursovisual.net/dvweb35/TT_orejudo.html
    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/baudelaire-charles-lalbatros-poeme-version-6.html

     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    3 comentaris

    Juste avant le bonheur, Agnès Ledig

    Manon était là pour le test de grossesse. Elle était là pour les écographies. Là aussi pour se faire écrabouiller l’avant-bras à l’accouchement. Et puis pour sécher les larmes de baby blues, et par extension du blues tout court auquel Julie a succombé quelquefois. Agnès Ledig

    Chers lecteurs/lectrices,

    portadaJuste avant le bonheur est le deuxième livre, vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires de la romancière Agnès Ledig récompensé par le prix Maison de la Presse en 2013. Elle a écrit également Marie d’en haut (2011), Pars avec lui (2014), On regrettera plus tard (2016). L’écriture de ses livres lui a servi de baume et à la fois de puissant outil de communication car elle traite des thématiques telles que le deuil ou la résilience, qui sont censées toucher le lecteur de façon plus ou moins personnelle.

    C’est sans doute grâce à sa profession de sage-femme où elle entretient un rapport étroit avec la vie et ses tournants qu’elle a pu écrire un livre si simple à comprendre. Dans Juste avant le bonheur il faut s’accrocher très fort à la vie quoiqu’il en soit, il n’y a pas de choix. D’une lecture très facile, elle a voulu mettre en valeur le terme de coalescence à l’incipit et lui a donné le sens de “rapprochement de personnes sensibles et meurtries dont le contact entraine une reconstruction solide de chaque élément à travers le tout qu’ils forment“.

    2485052Ainsi défilent ses personnages meurtris, confrontés aux difficultés de la vie, ils se rencontrent, s’entraident et se soutiennent afin de surmonter les épreuves qui surviennent. La chaleur humaine, l’attention et les papouilles, l’empathie, la solidarité, la sincérité parmi la longue liste des vertus les plus nobles de l’être humain sont présentes tout au long de ce récit de vies entrecroisées. Savoir écouter l’ingénu que nous portons tous en nous et comprendre que “la vie est moins douloureuse quand on y joue comme dans une cour de récré et qu’on se raccroche aux réconforts simples” est une proposition que fait Ledig à son lecteur.

    Vous avez de fortes chances de rejoindre “le mystère du pays des larmes” où “les étoiles qui savent rire” de notre cher Saint Exupéry si vous vous laissez “apprivoiser” par les personnages et les évènements en vous posant les mêmes questions et en vous mettant à leur place. Je vous laisse le blog de l’auteur ici-bas.

    Esther Bruna
    Club de Francès

    5 comentaris

    L’écume des jours. Boris Vian

    “Maintenant, les feuilles des arbres étaient grandes et les maisons quittaient leur teinte pâle pour se nuancer d’un vert effacé avant d’acquérir le beige doux de l’été. Le pavé devenait élastique et souple sous les pas et l’air sentait la framboise. Il faisait encore frais mais on devinait le beau temps derrière les fenêtres aux vitres bleuâtres. Des fleurs vertes et bleues poussaient le long des trottoirs, et la sève serpentait autour de leurs tiges minces avec un léger bruit, humide comme un baiser d’escargots.” Boris Vian
     
    Chers lecteurs/lectrices,
     
    Le roman que vous vous emportez ce mois-ci est le plus connu de l’écrivain français Boris Vian né en 1920 à Ville –d’Avray , considéré de nos jours comme un roman culte de la littérature française bien qu’il n’eut aucun succès de son vivant. Cette édition du Livre de Poche enrichie des annotations de Gilbert Pestureau , éclaire le contexte littéraire ainsi qu’un glossaire des néologismes et l'ecume des jours l’explication des pratiques de la langue utilisée par l’auteur.
     
    Publié en 1947, L’écume des jours est une œuvre qui s’inscrit dans le renouvèlement du genre romanesque marquant l’époque d’après-guerre et qui se caractérise par une écriture en apparence désinvolte, absurde et pleine d’éléments surréalistes mais qui décèle l’angoissante présence de la dégradation physique, la mort et le désarroi de l’homme et sa condition. La musique de jazz très en vogue dans les années 1940 occupe une place importante dans le récit, Vian fait une critique du monde du travail, de la guerre et de la religion et une parodie du philosophe Jean Paul Sartre et du courant existentialiste.
     
    Il est recommandé au lecteur/lectrice d’être attentif à l’écriture particulière, moderne et cinématographique de la langue chez Vian pour se laisser emporter par son invraisemblance afin de bien saisir l’histoire. La fantaisie verbale, les jeux de mots et les termes inventés sont la base de cette tragique histoire d’amour entre Colin et Chloé, considéré par son ami Raymond Queneau comme « le plus poignant des romans d’amour contemporains ».
     
    L’auteur
    Boris Vian obtient son baccalauréat en philosophie, option mathématiques et entre à l’École centrale de Paris en 1939 puis travaille en tant qu’ingénieur à l’Association française de normalisation. Il se rend compte qu’il possède un talent pour la musique de jazz en fréquentant les cafés de Saint-Gernain-des-Prés, quartier des artistes et des philosophes à Paris où il anime ces endroits de la vie intellectuelle et culturelle en jouant de la trompette. Il a écrit des romans, des poèmes, comédies musicales, adaptations musicales de ses romans, scénarios de films, opéras, critique musical. Il a collaboré dans la revue fondée par Jean-Paul Sartre en 1945 Les temps modernes ainsi qu’au journal Combat dirigé par Albert Camus. Boris Vian
     
    Il publie plusieurs romans sous le pseudonyme de Vernon Sullivan qui suivent la tradition du roman noir américain comme Les morts ont tous la même peau ou J’irai cracher sur vos tombes (1946) qui obtient un succès immédiat en 1947 à cause de sa violence et obscénité, mais dont il sera condamné par la suite pour outrage aux moeurs en 1950. Et il publie des romans sous le nom de Boris Vian comme L’automne à Pékin (1947) ou L’herbe rouge entre autre. Il a composé pour Juliette Gréco et pour Serge Regiani.
     
    J’affiche un lien ici-bas de son œuvre et biographie si vous souhaitez en savoir davantage à son propos et vous annonce aussi que du 16/01/2018 au 10/03/2018, au Théâtre de la Huchette à Paris aura lieu une reprise de l’Écume des jours.
     
    L’histoire
    Colin est un jeune homme riche et snob, insouciant qui va faire la connaissance de Chloé à une fête qu’organise son amie Isis, en tomber amoureux, se marier. Une maladie fera irruption dans leur vie l’obligeant à reformuler tous ses principes…
     
    VIDÉO
     

     
    Biographie de Boris Vian
     
    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    2 comentaris

    Petit Pays. Gaël Faye

    Le génocide est une marée noire, ceux qui ne s’y sont pas noyés sont mazoutés à vie. Gaël Faye.

    L’auteur:

    Né en 1982 au Burundi , à Bujumbura, franco-rwandais, Gaël Faye arrive en France dans le département d’Yvelines en pleine adolescence suite au déclenchement de la guerre civile du pays. gael-fayeIl fait des études de commerce et obtient un master de finances puis travaille pendant une période en tant qu’analyste financier à Londres , un monde professionnel qu’il abandonne bien vite pour se dédier à la carrière artistique qui l’identifie vraiment.

    Il est influencé par les littératures créoles, le soul, jazz, samba, rumba congolaise… et devient compositeur et interprète de rap. Il forme avec Edgard Sekloka, franco-camerounais, le duo Milk Coffee and Sugar en hommage à l’une des discipline du hip-hop, le MCing2 et sort un album en 2010.

    Par contre celui de “Pili Pili sur un croissant au beurre” où il évoque l’exil enregistré en 2013 en solo entre Bujumbura et Paris est son premier album et obtient un grand succès.

    Il réside actuellement au Rwanda avec sa femme et ses enfants.

    Le livre:

    Dans le livre Petit Pays qui nous occupe ce mois-ci, Faye Gaël situe comme contexte historique le génocide des tutsi au Rwanda vue depuis le regard d’un enfant de 11 ans, au Burundi. Dès les premières pages la question identitaire se pose habilement. petit-pays-gael-faye-soiree-litteraire-madrid-club-bookL’auteur fait évoluer son personnage Gaby pour bien connecter l’histoire qu’il raconte et maintient tout le long du livre les dialogues internes avec lui-même ou externes avec les autres personnages et l’Histoire qui ne peut rester dans l’oubli.

    Je prends comme exemple parmi d’autres que j’aurai pu choisir, celui d’Yvonne, sa mère qui est en cours de séparation de son père, entrepreneur français installé au Burundi pendant son service militaire qui dit « Mon pays c’est le Rwanda ! Je suis une réfugiée… c’est ce que j’ai toujours été aux yeux des Burandais » ou celui d’Innocent « Il n’y a que les blancs et les Zaïrois pour manger des crocodiles ou des grenouilles. Jamais vous ne verrez un Burundais digne de ce nom toucher aux animaux de la brousse. Nous sommes civilisés, nous autres ! » . Je vous recommande et renvoie au lien affiché ici-bas qui éclaire le contexte de ce livre. ICI

    19437414_1587873601263716_1461740301940674673_nC’est donc dans le contexte du métissage, du racisme, des méfaits de la colonisation, de la lutte fratricide et l’exil que l’auteur se soucie de faire émerger l’Histoire à travers une écriture simple et directe. Dans une interview à France Culture il dit qu’il a écrit ce roman « (…) beaucoup plus en souriant qu’en pleurant. Parce que j’ai réussi à faire surgir un monde qui a disparu, qui reste dans la mémoire, dans les souvenirs de personnes qui ont vécu cette époque-là. Au fil de l’écriture, j’ai ressenti des choses comme dans une séance de spiritisme. J’ai ressenti de vieilles sensations. Je n’ai pas ressenti de douleur. Je l’ai même atténuée. La guerre, la souffrance est pour moi atténuée, non seulement par le regard de l’enfant, mais même dans les descriptions. Ce qui s’est passé dans ces régions-là a atteint des sommets de violence et d’horreur que même la littérature ne pourrait pas décrire. Et j’ai essayé – comme le personnage met la violence à distance, moi-même en tant qu’écrivain à ce moment-là – j’ai essayé de mettre le plus longtemps cette violence à distance et de ne pas trop la décrire ».

    Il a essayé et y est bien arrivé en remportant tout d’abord le prix du roman FNAC puis celui du Goncourt des Lycéens en 2016 et nous l’en félicitons notamment, car c’est son premier roman.

    L’histoire:

    L’enfance insouciante, tranquille et heureuse de Gaby, au Burundi en 1992, né d’un père français et d’une mère rwandaise et vivant dans un confortable quartier d’expatriés à Bujumbura se voit bousculer petit à petit suite à tous les changements violents du conflit ethnique prenant place dans son entourage…

    Gaël Faye, à la recherche du temps perdu
    Les voix du monde
    Gaël Faye, chouchou des prix littéraires

    Esther Bruna
    Club de Francès

    2 comentaris

    Le vieux nègre et la médaille. Ferdinand Oyono

    Il réalisa qu’il était dans une situation étrange. Ni son grand-père, ni son père, ni aucun membre de son immense famille ne s’étaient trouvés placés, comme lui, dans un cercle de chaux, entre deux mondes, le sien et celui de ceux qu’on avait d’abord appelés les “fantômes” quand ils étaient arrivés au pays. Lui, il ne se trouvait ni avec les siens ni avec les autres. Ferdinand Oyono.

    clfChers lecteurs, lectrices,

    La littérature africaine francophone est à l’honneur pour démarrer la neuvième session du Club de lecture en français de la bibliothèque Joan Oliva i Milà. D’une part, en première lecture, Ferdinand Oyono, un des premiers romanciers africains qui met en scène la vie quotidienne dans la société africaine à l’époque coloniale puis, en deuxième lecture, Gaël Faye qui nous situera dans les années 9o en nous racontant la vie de Gaby au Burundi lorsque commence à s’installer la guerre à Rwanda.

    Deux livres intéressants et différents au point de vue écriture et époque, sélectionnés parmi tous ceux que nous aurions pu choisir bien entendu, et parmi tous ceux que nous n’aurons pas la possibilité ou l’occasion de lire. Le domaine de la lecture étant un univers bien immense, j’espère, dans tous les cas que ce choix vous plaira et que nous en ferons ensemble un bon commentaire.
    Né le 14 septembre 1929 à N’Goulemakong, près d’Ebolowa (Cameroun), Ferdinand Oyono est l’auteur de trois ouvrages. En 1956 il publie Une vie de boy et Le vieux nègre et la médaille et en 1960 Chemin d’Europe, trois romans où il traite avec précision et énergie la problématique coloniale du peuple soumis.

    Oyono, dans le Le vieux nègre et la médaille a mis en scène un personnage principal, le vieux Meka, habitant de la ville de Doum et l’histoire symbolique de la remise d’une médaille qui va lui être livrée en personne par le grand «Chef des Blancs» afin de décrire la réalité sociale et coloniale de cette époque d’une façon bien explicite. Le lecteur découvrira le drame psychologique souffert, le besoin impérieux de faire rejaillir ses racines africaines, ses superstitions, ses coutumes et «balayer comme un raz de marée des années d’enseignement et de pratiques chrétiennes», lui qui a perdu ses fils à la guerre et embrassé la mission catholique avec grande fierté.

    oyonoOyono apporte dans ce tout petit livre une série de thèmes qui veulent enrichir un débat qui mène à réfléchir tels que la nature des rapports existant entre les colons et les indigènes, celle des indigènes entre eux (Nkdo n’a pas suivi la conversion et a encore cinq femmes et pense aller briser les pattes de l’antilope pour la sixième fois…), l’hypocrisie (les discours plein de fraternité), le racisme (le Chef des Blancs prend une médaille différente à celle de Pipiniakis le grec…), la vieillesse, l’alcoolisme etc, le livre grouille d’exemples.
     
    Le parcours académique et professionnel de Leopoldo Ferdinand Oyono a été long et brillant. Il obtient son certificat d’études primaires au Cameroun et continue ses études secondaires et supérieures en France. Il poursuit ses études à la Faculté de Droit à la Sorbonne et à l’Ecole Nationale d’Administration (section diplomatique) et commence sa carrière de diplomate en 1959. Il devient Ambassadeur Représentant du Cameroun dans divers postes (Nations Unies à New York, en Algérie, en Libye, en Grande-Bretagne, Scandinavie…) et à partir de 1987 participe à de nombreux gouvernements de son pays et assure la charge de différents ministères comme les Affaires étrangères ou la Culture au sein du gouvernement camerounais. Dans le lien affiché ici-bas vous pouvez en savoir beaucoup plus de cet humaniste reconnu et distingué décédé le 10 juin 2010.

  • Centre de formation pour le développement et la solidarité internationale
  • Un recorregut per la literatura africana
  • La littérature d’Afrique noire
  • Oralité, tradition, champ littéraire africain
  • VIDÉO:
    Obsèques officielles F. L. OYONO

    Biblioteca Joan Oliva Milà.

    4 comentaris

    Pàgina Següent »