Biblioteca Municipal Joan Oliva i Milà Ajuntament de Vilanova i la Geltrú

Biblioblog – Fora del prestatge

Arxiu per la categoria: - Francès

Séance de lecture en voix-haute de poésie. Charles Baudelaire

Le club de lecture en français commence l’année en poésie.

Dialogue Mallarmé avec Degas…Le peintre entreprenant d’écrire des sonnets… « J’ai pourtant des idées… » et Mallarmé qui répond « Mais Degas, ce n’est point avec des idées qu’on écrit des vers : c’est avec des mots »
 
Harmonie du soir XLVII
 
Voici venir les temps où vibrant sur sa tige c5366a7c3832e8d79e79a7ff8e48276b--baudelaire-weheartit
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
 
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.
 
Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige,
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.
 
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige …
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !
 
Baudelaire.
 
Quoi de plus satisfaisant que d’entamer l’année 2018 en poésie. Ce genre littéraire qui a permis à l’humanité toute entière de s’exprimer à travers les mots qui sont susceptibles de nous procurer de l’émotion. La poésie est une belle expérience pour le lecteur quand il s’y en approche, la tâtonne et y prend gout jusqu’à lui en devenir fidèle. Le lecteur qui aborde la poésie, entreprend une aventure fascinante, en découvre le sens souterrain et les divers chemins à laquelle elle mène.
 
L’écrivain choisi pour notre séance de lecture de poésie est Charles Baudelaire, poète né à Paris en1821. Définir son écriture est chose bien compliquée. Elle se caractérise pour sa modernité et pour extraire la beauté du Mal, son thème central, pour concevoir l’inspiration intime qui est celle d’essayer d’atteindre l’Idéal sans jamais y arriver, le beau et le bien qui oscillent entre l’angélique et le satanique, la passion voluptueuse, l’hymne à la sensualité féminine, la mélancolie , le souvenir lié à l’amour, l’ambivalence, la dualité , la contradiction, le trajet de l’humain toujours sans fin par sa mortelle condition et, un long etcetera.
 
Il est donc beaucoup plus important plutôt que d’essayer de la définir, de la lire et y rechercher ses figures de style, la sonorité de ses rythmes, l’imagination ou l’intention du poète qui réactive la nôtre et ainsi la penser pour mieux l’apprécier. La lecture en groupe et en voix haute est un exercice très bénéfique et où les assistants sont la clé qui donne le sens à ce partage d’idées.
 
L’auteur
 
Charles Baudelaire perd son père en 1827, peintre et homme illustré et haïra l’homme avec lequel sa mère se marie un an plus tard, le baron et commandant militaire Aupick . Il suivra ses études suivant les villes où son beau-père sera destiné et se plaira à s’opposer aux valeurs de la bourgeoisie du Second Empire.
 
Provocateur et in conformiste il se lie étroitement à la bohème romantique, aux artistes par vocation, anti-bourgeois, aux écrivains tels que Gérard de Nerval, Balzac, Théodore de Banville, Théophile Gautier qui s’efforcent à prendre leurs distances par rapport à la grande poésie romantique de la république des lettres (Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Musset, Alfred de Vigny). Il rêve comme ceux de sa génération dans une société qui ne leur accorde pas d’importance et où les activités artistiques sont de simples distractions.
Suivant la critique érudite, c’est l’époque où il connaitra, Sarah La Louchette, une prostituée avec qui il s’initiera et qui lui transmettra la syphilis. Les trois autres femmes et inspiratrices d’une part de son œuvre bien qu’elles n’y soient jamais mentionnées seront Jeanne Duval (1842), Marie Aubrun (1847) et Apollonie Sabatier(1852).
Baudelaire aime sa vie de dandy flâneur, écrit beaucoup de 1840 à 1843 bien qu’il ne publie pas. Remarquable dessinateur, poète distingué et original, il se préoccupe autant de peinture que de poésie. Il est grand admirateur du peintre Delacroix et de Manet et a été un brillant défenseur de la peinture romantique et un grand critique d’art. Il a admiré l’écrivain nord-américain Edgar Poe et a traduit au français ses Histoires extraordinaires et Les nouvelles histoires extraordinaires ainsi que la musique de Wagner.
 
Je vous affiche la chronologie de sa vie recompilée par l’écrivain, journaliste et érudit français Pascal Pia (Pierre Durand) pour en savoir bien davantage sur cet artiste.
 

Vie-de-Baudelaire-001 Vie-de-Baudelaire-002 Vie-de-Baudelaire-003 Vie-de-Baudelaire-004 Vie-de-Baudelaire-005

Vie-de-Baudelaire-006 Vie-de-Baudelaire-007 Vie-de-Baudelaire-008 Vie-de-Baudelaire-009

Vie-de-Baudelaire-010 Vie-de-Baudelaire-011 Vie-de-Baudelaire-012 Vie-de-Baudelaire-013

 
http://litterae.pagesperso-orange.fr/page3.3.baudelaire.html
http://www.discursovisual.net/dvweb35/TT_orejudo.html
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/baudelaire-charles-lalbatros-poeme-version-6.html

 
Biblioteca Joan Oliva i Milà.

No hi ha comentaris

Juste avant le bonheur, Agnès Ledig

Manon était là pour le test de grossesse. Elle était là pour les écographies. Là aussi pour se faire écrabouiller l’avant-bras à l’accouchement. Et puis pour sécher les larmes de baby blues, et par extension du blues tout court auquel Julie a succombé quelquefois. Agnès Ledig

Chers lecteurs/lectrices,

portadaJuste avant le bonheur est le deuxième livre, vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires de la romancière Agnès Ledig récompensé par le prix Maison de la Presse en 2013. Elle a écrit également Marie d’en haut (2011), Pars avec lui (2014), On regrettera plus tard (2016). L’écriture de ses livres lui a servi de baume et à la fois de puissant outil de communication car elle traite des thématiques telles que le deuil ou la résilience, qui sont censées toucher le lecteur de façon plus ou moins personnelle.

C’est sans doute grâce à sa profession de sage-femme où elle entretient un rapport étroit avec la vie et ses tournants qu’elle a pu écrire un livre si simple à comprendre. Dans Juste avant le bonheur il faut s’accrocher très fort à la vie quoiqu’il en soit, il n’y a pas de choix. D’une lecture très facile, elle a voulu mettre en valeur le terme de coalescence à l’incipit et lui a donné le sens de “rapprochement de personnes sensibles et meurtries dont le contact entraine une reconstruction solide de chaque élément à travers le tout qu’ils forment“.

2485052Ainsi défilent ses personnages meurtris, confrontés aux difficultés de la vie, ils se rencontrent, s’entraident et se soutiennent afin de surmonter les épreuves qui surviennent. La chaleur humaine, l’attention et les papouilles, l’empathie, la solidarité, la sincérité parmi la longue liste des vertus les plus nobles de l’être humain sont présentes tout au long de ce récit de vies entrecroisées. Savoir écouter l’ingénu que nous portons tous en nous et comprendre que “la vie est moins douloureuse quand on y joue comme dans une cour de récré et qu’on se raccroche aux réconforts simples” est une proposition que fait Ledig à son lecteur.

Vous avez de fortes chances de rejoindre “le mystère du pays des larmes” où “les étoiles qui savent rire” de notre cher Saint Exupéry si vous vous laissez “apprivoiser” par les personnages et les évènements en vous posant les mêmes questions et en vous mettant à leur place. Je vous laisse le blog de l’auteur ici-bas.

Esther Bruna
Club de Francès

No hi ha comentaris

L’écume des jours. Boris Vian

“Maintenant, les feuilles des arbres étaient grandes et les maisons quittaient leur teinte pâle pour se nuancer d’un vert effacé avant d’acquérir le beige doux de l’été. Le pavé devenait élastique et souple sous les pas et l’air sentait la framboise. Il faisait encore frais mais on devinait le beau temps derrière les fenêtres aux vitres bleuâtres. Des fleurs vertes et bleues poussaient le long des trottoirs, et la sève serpentait autour de leurs tiges minces avec un léger bruit, humide comme un baiser d’escargots.” Boris Vian
 
Chers lecteurs/lectrices,
 
Le roman que vous vous emportez ce mois-ci est le plus connu de l’écrivain français Boris Vian né en 1920 à Ville –d’Avray , considéré de nos jours comme un roman culte de la littérature française bien qu’il n’eut aucun succès de son vivant. Cette édition du Livre de Poche enrichie des annotations de Gilbert Pestureau , éclaire le contexte littéraire ainsi qu’un glossaire des néologismes et l'ecume des jours l’explication des pratiques de la langue utilisée par l’auteur.
 
Publié en 1947, L’écume des jours est une œuvre qui s’inscrit dans le renouvèlement du genre romanesque marquant l’époque d’après-guerre et qui se caractérise par une écriture en apparence désinvolte, absurde et pleine d’éléments surréalistes mais qui décèle l’angoissante présence de la dégradation physique, la mort et le désarroi de l’homme et sa condition. La musique de jazz très en vogue dans les années 1940 occupe une place importante dans le récit, Vian fait une critique du monde du travail, de la guerre et de la religion et une parodie du philosophe Jean Paul Sartre et du courant existentialiste.
 
Il est recommandé au lecteur/lectrice d’être attentif à l’écriture particulière, moderne et cinématographique de la langue chez Vian pour se laisser emporter par son invraisemblance afin de bien saisir l’histoire. La fantaisie verbale, les jeux de mots et les termes inventés sont la base de cette tragique histoire d’amour entre Colin et Chloé, considéré par son ami Raymond Queneau comme « le plus poignant des romans d’amour contemporains ».
 
L’auteur
Boris Vian obtient son baccalauréat en philosophie, option mathématiques et entre à l’École centrale de Paris en 1939 puis travaille en tant qu’ingénieur à l’Association française de normalisation. Il se rend compte qu’il possède un talent pour la musique de jazz en fréquentant les cafés de Saint-Gernain-des-Prés, quartier des artistes et des philosophes à Paris où il anime ces endroits de la vie intellectuelle et culturelle en jouant de la trompette. Il a écrit des romans, des poèmes, comédies musicales, adaptations musicales de ses romans, scénarios de films, opéras, critique musical. Il a collaboré dans la revue fondée par Jean-Paul Sartre en 1945 Les temps modernes ainsi qu’au journal Combat dirigé par Albert Camus. Boris Vian
 
Il publie plusieurs romans sous le pseudonyme de Vernon Sullivan qui suivent la tradition du roman noir américain comme Les morts ont tous la même peau ou J’irai cracher sur vos tombes (1946) qui obtient un succès immédiat en 1947 à cause de sa violence et obscénité, mais dont il sera condamné par la suite pour outrage aux moeurs en 1950. Et il publie des romans sous le nom de Boris Vian comme L’automne à Pékin (1947) ou L’herbe rouge entre autre. Il a composé pour Juliette Gréco et pour Serge Regiani.
 
J’affiche un lien ici-bas de son œuvre et biographie si vous souhaitez en savoir davantage à son propos et vous annonce aussi que du 16/01/2018 au 10/03/2018, au Théâtre de la Huchette à Paris aura lieu une reprise de l’Écume des jours.
 
L’histoire
Colin est un jeune homme riche et snob, insouciant qui va faire la connaissance de Chloé à une fête qu’organise son amie Isis, en tomber amoureux, se marier. Une maladie fera irruption dans leur vie l’obligeant à reformuler tous ses principes…
 
VIDÉO
 

 
Biographie de Boris Vian
 
Biblioteca Joan Oliva i Milà.

2 comentaris

Petit Pays. Gaël Faye

Le génocide est une marée noire, ceux qui ne s’y sont pas noyés sont mazoutés à vie. Gaël Faye.

L’auteur:

Né en 1982 au Burundi , à Bujumbura, franco-rwandais, Gaël Faye arrive en France dans le département d’Yvelines en pleine adolescence suite au déclenchement de la guerre civile du pays. gael-fayeIl fait des études de commerce et obtient un master de finances puis travaille pendant une période en tant qu’analyste financier à Londres , un monde professionnel qu’il abandonne bien vite pour se dédier à la carrière artistique qui l’identifie vraiment.

Il est influencé par les littératures créoles, le soul, jazz, samba, rumba congolaise… et devient compositeur et interprète de rap. Il forme avec Edgard Sekloka, franco-camerounais, le duo Milk Coffee and Sugar en hommage à l’une des discipline du hip-hop, le MCing2 et sort un album en 2010.

Par contre celui de “Pili Pili sur un croissant au beurre” où il évoque l’exil enregistré en 2013 en solo entre Bujumbura et Paris est son premier album et obtient un grand succès.

Il réside actuellement au Rwanda avec sa femme et ses enfants.

Le livre:

Dans le livre Petit Pays qui nous occupe ce mois-ci, Faye Gaël situe comme contexte historique le génocide des tutsi au Rwanda vue depuis le regard d’un enfant de 11 ans, au Burundi. Dès les premières pages la question identitaire se pose habilement. petit-pays-gael-faye-soiree-litteraire-madrid-club-bookL’auteur fait évoluer son personnage Gaby pour bien connecter l’histoire qu’il raconte et maintient tout le long du livre les dialogues internes avec lui-même ou externes avec les autres personnages et l’Histoire qui ne peut rester dans l’oubli.

Je prends comme exemple parmi d’autres que j’aurai pu choisir, celui d’Yvonne, sa mère qui est en cours de séparation de son père, entrepreneur français installé au Burundi pendant son service militaire qui dit « Mon pays c’est le Rwanda ! Je suis une réfugiée… c’est ce que j’ai toujours été aux yeux des Burandais » ou celui d’Innocent « Il n’y a que les blancs et les Zaïrois pour manger des crocodiles ou des grenouilles. Jamais vous ne verrez un Burundais digne de ce nom toucher aux animaux de la brousse. Nous sommes civilisés, nous autres ! » . Je vous recommande et renvoie au lien affiché ici-bas qui éclaire le contexte de ce livre. ICI

19437414_1587873601263716_1461740301940674673_nC’est donc dans le contexte du métissage, du racisme, des méfaits de la colonisation, de la lutte fratricide et l’exil que l’auteur se soucie de faire émerger l’Histoire à travers une écriture simple et directe. Dans une interview à France Culture il dit qu’il a écrit ce roman « (…) beaucoup plus en souriant qu’en pleurant. Parce que j’ai réussi à faire surgir un monde qui a disparu, qui reste dans la mémoire, dans les souvenirs de personnes qui ont vécu cette époque-là. Au fil de l’écriture, j’ai ressenti des choses comme dans une séance de spiritisme. J’ai ressenti de vieilles sensations. Je n’ai pas ressenti de douleur. Je l’ai même atténuée. La guerre, la souffrance est pour moi atténuée, non seulement par le regard de l’enfant, mais même dans les descriptions. Ce qui s’est passé dans ces régions-là a atteint des sommets de violence et d’horreur que même la littérature ne pourrait pas décrire. Et j’ai essayé – comme le personnage met la violence à distance, moi-même en tant qu’écrivain à ce moment-là – j’ai essayé de mettre le plus longtemps cette violence à distance et de ne pas trop la décrire ».

Il a essayé et y est bien arrivé en remportant tout d’abord le prix du roman FNAC puis celui du Goncourt des Lycéens en 2016 et nous l’en félicitons notamment, car c’est son premier roman.

L’histoire:

L’enfance insouciante, tranquille et heureuse de Gaby, au Burundi en 1992, né d’un père français et d’une mère rwandaise et vivant dans un confortable quartier d’expatriés à Bujumbura se voit bousculer petit à petit suite à tous les changements violents du conflit ethnique prenant place dans son entourage…

Gaël Faye, à la recherche du temps perdu
Les voix du monde
Gaël Faye, chouchou des prix littéraires

Esther Bruna
Club de Francès

2 comentaris

Le vieux nègre et la médaille. Ferdinand Oyono

Il réalisa qu’il était dans une situation étrange. Ni son grand-père, ni son père, ni aucun membre de son immense famille ne s’étaient trouvés placés, comme lui, dans un cercle de chaux, entre deux mondes, le sien et celui de ceux qu’on avait d’abord appelés les “fantômes” quand ils étaient arrivés au pays. Lui, il ne se trouvait ni avec les siens ni avec les autres. Ferdinand Oyono.

clfChers lecteurs, lectrices,

La littérature africaine francophone est à l’honneur pour démarrer la neuvième session du Club de lecture en français de la bibliothèque Joan Oliva i Milà. D’une part, en première lecture, Ferdinand Oyono, un des premiers romanciers africains qui met en scène la vie quotidienne dans la société africaine à l’époque coloniale puis, en deuxième lecture, Gaël Faye qui nous situera dans les années 9o en nous racontant la vie de Gaby au Burundi lorsque commence à s’installer la guerre à Rwanda.

Deux livres intéressants et différents au point de vue écriture et époque, sélectionnés parmi tous ceux que nous aurions pu choisir bien entendu, et parmi tous ceux que nous n’aurons pas la possibilité ou l’occasion de lire. Le domaine de la lecture étant un univers bien immense, j’espère, dans tous les cas que ce choix vous plaira et que nous en ferons ensemble un bon commentaire.
Né le 14 septembre 1929 à N’Goulemakong, près d’Ebolowa (Cameroun), Ferdinand Oyono est l’auteur de trois ouvrages. En 1956 il publie Une vie de boy et Le vieux nègre et la médaille et en 1960 Chemin d’Europe, trois romans où il traite avec précision et énergie la problématique coloniale du peuple soumis.

Oyono, dans le Le vieux nègre et la médaille a mis en scène un personnage principal, le vieux Meka, habitant de la ville de Doum et l’histoire symbolique de la remise d’une médaille qui va lui être livrée en personne par le grand «Chef des Blancs» afin de décrire la réalité sociale et coloniale de cette époque d’une façon bien explicite. Le lecteur découvrira le drame psychologique souffert, le besoin impérieux de faire rejaillir ses racines africaines, ses superstitions, ses coutumes et «balayer comme un raz de marée des années d’enseignement et de pratiques chrétiennes», lui qui a perdu ses fils à la guerre et embrassé la mission catholique avec grande fierté.

oyonoOyono apporte dans ce tout petit livre une série de thèmes qui veulent enrichir un débat qui mène à réfléchir tels que la nature des rapports existant entre les colons et les indigènes, celle des indigènes entre eux (Nkdo n’a pas suivi la conversion et a encore cinq femmes et pense aller briser les pattes de l’antilope pour la sixième fois…), l’hypocrisie (les discours plein de fraternité), le racisme (le Chef des Blancs prend une médaille différente à celle de Pipiniakis le grec…), la vieillesse, l’alcoolisme etc, le livre grouille d’exemples.
 
Le parcours académique et professionnel de Leopoldo Ferdinand Oyono a été long et brillant. Il obtient son certificat d’études primaires au Cameroun et continue ses études secondaires et supérieures en France. Il poursuit ses études à la Faculté de Droit à la Sorbonne et à l’Ecole Nationale d’Administration (section diplomatique) et commence sa carrière de diplomate en 1959. Il devient Ambassadeur Représentant du Cameroun dans divers postes (Nations Unies à New York, en Algérie, en Libye, en Grande-Bretagne, Scandinavie…) et à partir de 1987 participe à de nombreux gouvernements de son pays et assure la charge de différents ministères comme les Affaires étrangères ou la Culture au sein du gouvernement camerounais. Dans le lien affiché ici-bas vous pouvez en savoir beaucoup plus de cet humaniste reconnu et distingué décédé le 10 juin 2010.

  • Centre de formation pour le développement et la solidarité internationale
  • Un recorregut per la literatura africana
  • La littérature d’Afrique noire
  • Oralité, tradition, champ littéraire africain
  • VIDÉO:
    Obsèques officielles F. L. OYONO

    Biblioteca Joan Oliva Milà.

    4 comentaris

    Clubs de Lectura a la biblioteca Joan Oliva

    El proper divendres 1 de setembre, la Biblioteca Joan Oliva obre el període d’inscripció dels Clubs de Lectura. La inscripció és un tràmit presencial així doncs, si hi esteu interessats, haureu de passar per la biblioteca a formalitzar-la.

    Els Clubs de Lectura que us oferim són els que us indiquem a continuació:

    Logo_La CrisàlideClub de Lectura La Crisàlide: Conduït per la Mª Rosa Nogué, la Crisàlide es reuneix un dimecres al mes de 17.30 h a 19 h. Les dates de trobada previstes enguany són: 4 octubre, 8 novembre, 13 desembre, 10 gener, 7 febrer, 7 març, 4 abril i 9 maig.

    Club de Lectura en Francès: Consolidat des de fa molts anys dins de l’oferta de clubs de lectura de la Joan Oliva, CLFJOMel Club de Lectura en Francès va dirigit a persones que tinguin un elevat coneixement de la llengua francesa, que serà l’idioma vehicular de l’activitat. La seva conductora és l’Esther Bruna i el tercer divendres de cada mes de 16.30 h a 18 h és el dia triat per les sessions. Les dates previstes són 20 octubre, 17 novembre, 15 desembre, 19 gener, 16 febrer, 16 març, 20 abril i 18 maig.

    Logo_Oliva NegraClub de Lectura L’Oliva Negra: La Joan Oliva és una de les 4 biblioteques de la Xarxa de Biblioteques Municipals de la Diputació de Barcelona especialitzada en gènere negre i policíac. Ara fa dos cursos, la Joan Oliva va posar en marxa un club de lectura d’aquest gènere i en aquest període de temps ja s’ha convertit en una activitat indiscutible. La seva conductora és la Sofia de Ruy-Wamba i un dijous al mes de 17.30 h a 19 h, el dia que porten a terme les sessions. El calendari previst inclou aquestes dates: 5 octubre, 9 novembre, 14 desembre, 11 gener, 1 febrer, 8 març, 5 abril i 3 maig.

    Logo llibre@venturersI per als més petits, el Club de Lectura Llibr@venturers: Dirigit a nois i noies de 10 a 12 anys, el Club de Lectura Llibr@venturers és conduït per Fanny Guinart. Les trobades tenen lloc un dissabte al mes de 16.30 h a 17.30 h amb aquestes dates en el seu calendari: 30 setembre, 28 octubre, 25 novembre, 16 desembre, 20 gener, 17 febrer, 17 març, 14 abril i 12 maig.

    Enguany, el cost d’inscripció en concepte de préstec interbibliotecari és de 7,5€ per a La Crisàlide, 12 € per al club de lectura en Francès i 6 € per a L’Oliva Negra.

    Logo_Club de LF en catalàI una mica més endavant, també podreu inscriure-vos en els dos Clubs de Lectura Fàcil que ofereix la biblioteca. A partir del 2 d’octubre, obrim les inscripcions per al Club de Lectura Fàcil en Català, que té previstes les trobades dilluns a les 17 h. Aquest club que la biblioteca Joan Oliva fa en col·laboració amb el Servei de Català del Garraf i Vilanova i la Geltrú és conduït per Fanny Guinart (les sessions dels dies 6 novembre, 4 desembre i 15 gener) i Lourdes Escrigas (els dies 5 març, 16 abril i 7 maig).

    Logo_Club de LF en francèsA partir del 20 de novembre, us podreu inscriure en el Club de Lectura Fàcil en Francès conduït també per L’Esther Bruna. Les persones inscrites en aquest club es troben el tercer dimarts de mes a les 16.30 h (16 gener, 20 febrer, 20 març, 17 abril i 18 maig). Igual que el curs passat, la darrera sessió del 18 de maig aplegarà de manera conjunta els membres del Club de Lectura Fàcil i els del Club de Francès.

    Tots els clubs tenen places limitades així que, si hi esteu interessats, passeu per la Joan Oliva a partir de divendres 1 de setembre!

    Si feu clic aquí us podeu descarregar la informació de tots els clubs de lectura.

    A continuació, algunes fotos dels clubs de lectura del curs passat:

    CLFJOM TLF 2017 Club de LF en català

    IMG-20170505-WA0001 Llibr@venturers

    Biblioteca Joan Oliva i Milà.

    No hi ha comentaris

    Arsène Lupin gentleman cambrioleur. Maurice Leblanc

    Je ne sais pas pourquoi, mais beaucoup de gens croient que j’ai fréquenté Arsène Lupin autrefois…Son portrait ? Comment pourrais-je le faire ? Vingt fois j’ai vu Arsène Lupin, et vingt fois c’est un être différent qui m’est apparu…ou plutôt, le même être dont vingt miroirs m’auraient renvoyé autant d’images déformées, chacune ayant ses yeux particuliers, sa forme spéciale de figure, son geste propre, sa silhouette et son caractère. Maurice Leblanc

    arsene_lupinChers lecteurs/lectrices,

    La dernière lecture que nous ferons et qui va nous servir comme clôture de la saison 2016/2017 va se faire en commun avec le Club de lecture facile en français de la bibliothèque Joan Oliva i Milà. C’est un plaisir d’une part, réunir les deux groupes de lecteurs en français et commenter dans une ambiance conviviale quelques-unes des aventures d’Arsène Lupin (un des personnages littéraires les plus représentatifs du roman dénommé populaire) et d’autre part, pour promouvoir la collection du genre policier en tant que centre d’intérêt de la bibliothèque ainsi que les livres de lecture en français facile qui favorisent l’auto-apprentissage de la langue française et que la bibliothèque met à disposition de tous ses usagers.

    Chaque membre s’emportera un livre de Maurice Leblanc écrivain considéré l’un des principaux de la première vague du roman policier français, né à Rouen en 1864 et qui se consacre à la littérature après ses études de droit quand il monte à Paris et écrit en tant que journaliste au Gil Blas ou Figaro. C’est une époque où il existe une grande concurrence entre les nombreux journaux et la popularité du roman-feuilleton est très à la mode. L’éditeur de presse Pierre Lafitte en 1905 lui propose de collaborer avec la publication mensuelle Je sais tout puis l’anime à continuer et quelques mois plus tard annonce à ses lecteurs friands de nouvelles péripéties qu’il va publier la série La vie extraordinaire d’Arsène Lupin «œuvre sensationnelle, appelée à un retentissement énorme».

    Il arrive très souvent que dans la littérature, les personnages crées par leurs auteurs sont bien plus connus qu’eux-mêmes et persistent bien au-delà de leurs morts dans l’imaginaire collectif. C’est le cas de Sherlock Holmes d’Arthur Conan Doyle universellement connu ou Hercules Poirot d’Agatha Christie. En France nous avons une place réservée à Rouletabille ou Chéri-Bibi de (Gaston Lerroux), Fantômas de (Marcel Allain) ou Arsène Lupin de (Maurice Leblanc) et nous pouvons comparer les influences que les uns sur les autres ont eu et bien entendu rechercher d’autres héros littéraires qui pourraient nous servir à élaborer une liste.

    gentelman.phpJe vous joins ici-bas une interview très intéressante et divulgatrice du biographe et auteur de deux dictionnaires sur l’écrivain et son personnage : Jacques Derouard, apparue à l’occasion du centenaire Arsène Lupin au magazine L’express. Par ailleurs et si vous voulez en savoir davantage sur le travail littéraire de cet auteur de roman policier, d’aventures et d’anticipation je vous recommande de cliquer sur ce document aci.

    Chaque club lira trois des six nouvelles fondatrices où sont narrés quelques épisodes du célèbre Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur que l’auteur a écrit sur ce personnage de fiction qui a fait 100 ans en l’an 2004 et que nous, lecteurs d’aujourd’hui, nous ferons le plaisir de récréer dans une version adaptée en français facile par Catherine Barnoud et Michel Laporte. Un club lira les nouvelles Le coffre-Fort de Madame Imbert ; La Perle noire et L’arrestation et l’autre club lira celles du Collier de la reine ; Herlock Sholmes arrive trop tard et L’écharpe de soie rouge. Toutes elles ingénieuses et révélatrices du passé de Lupin?

    Comme d’habitude, lecteurs et lectrices prenez bien vos notes, faites une lecture critique, initiez-vous dans la « lupinologie », recomposez et comparez les personnages, et un conseil de bonne amie qui ne vous veut que du bien : au rendez-vous du 19/05/2017 à 16h30, venez au cas où…sans bijoux!

  • Arsène Lupin
  • Vingt-six questions à … Jacques Derouard
  • Etreat: Journees Lupiniennes 2016
  • Esther Bruna.
    Club de Francès.

    No hi ha comentaris

    Robe de marié. Pierre Lemaitre

    Ce matin-là, comme beaucoup d’autres, elle s’est réveillée en larmes et la gorge nouée alors qu’elle n’a pas de raison particulière de s’inquiéter. Dans sa vie, les larmes n’ont rien d’exceptionnel : elle pleure toutes les nuits depuis qu’elle est folle. Le matin, si elle ne sentait pas ses joues noyées, elle pourrait même penser que ses nuits sont paisibles et son sommeil profond. Pierre Lemaitre.

    Chers lecteurs/lectrices,

    rmarieeCertains de vous se souviendront du sort dur et réaliste que subissent deux des personnages représentant des poilus au retour de la Grande Guerre et de la fantastique escroquerie qu’ils commettent dans le livre intitulé Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre que nous avions lu un été. L’auteur pour ce titre a d’ailleurs été lauréat du prestigieux prix Goncourt 2013.

    Ce mois-ci au Club, nous lisons un autre livre de cet écrivain et scénariste français pour le cinéma et la télévision, qui depuis plusieurs années s’impose comme l’un des meilleurs romanciers actuels français de romans policiers et à suspense ou (thriller) et a été couronné par de nombreux prix et reconnu par le public et la critique.

    Né en 1951 cet ancien enseignant de littérature française, américaine et culture générale débute sa carrière de romancier en 2006 rendant hommage à la littérature policière avec un roman intitulé Travail soigné, titre pour lequel il reçoit le Prix du premier roman polar du Festival de Cognac et qui le motive à se spécialiser dans ce genre et devenir un écrivain à succès dont ses romans sont traduits dans plusieurs langues et notamment en catalan chez Bromera. Ce roman fait partie de sa Tétralogie Verhoeven (commandant de police de la Brigade Criminelle de Paris) suivi d’Alex (2011) Sacrifices(2012) et Rosy & John.

    images (1)Robe de marié (2009), est son deuxième roman policier publié chez Calmann-Lévy et qui a reçu le prix du meilleur polar francophone en 1998. Pour cette machiavélique et perverse histoire il commente qu’il s’est inspiré de l’essai psychiatrique L’effet pour rendre l’autre fou qu’il avait lu pendant ses études de Harold Frederic Searles et en a saisi l’idée de fond.

    Le résultat offrant une intrigue bien construite, simple mais efficace maintenant l’intérêt du lecteur jusqu’au bout et rendant d’une certaine façon hommage à Alfred Hitchcock.

    L’histoire:

    Sophie, une jeune femme de 30 ans souffre petit à petit de troubles de mémoire suite à la mort de son mari et sombre dans la folie se convertissant en une tueuse en série qui ne garde aucun souvenir de ses actes…

    Par ailleurs je vous affiche à continuation un lien du Centre de Cultura Contemporània de Barcelona car Pierre Lemaitre le 17/05/2017 à 19h commentera son roman policier Alex au Club de lectura de los Amigos del CCBB.

    Alex de Pierre Lemaitre

    Esther Bruna.
    Club de Francès.

    No hi ha comentaris

    Charlotte. David Foenkinos

    Devais-je être présent ? Devais-je romancer son histoire ? Quelle forme mon obsession devait-elle prendre ? J’ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans. J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois(…) Je commençais, j’essayais puis j’abandonnais(…) J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer. Alors j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi. Foenkinos.

    Chers lecteurs/lectrices,

    descarga (1)L’auteur qui nous occupe ce mois-ci n’est autre que David Foenkinos, écrivain né à Paris en 1974, très populaire en France et considéré comme un incontournable de sa génération. En fin de saison 2015/2016, nous avions lu au Club, son roman La délicatesse (Prix Conversation 2010), livre abordant avec simplicité les expériences vitales des personnes dans notre société, et qui d’ailleurs avait donné suite à un débat animé entre tous les assistants. Cette fois-ci nous lirons un autre de ses romans qui traite un thème tout à fait différent.

    Diplômé en lettres à l’Université de la Sorbonne et formé en musicien de jazz, David Foenkinos est aussi un grand passionné d’art et c’est au cours d’une exposition de peintures à Berlin que l’œuvre expressionniste et autobiographique de Charlotte Salomon le fascine à tel point qu’il rêve d’écrire sa biographie et pendant des années fera des recherches sur la vie et l’œuvre de cette artiste à fin de retracer sa vie.

    dfoenkinosLe résultat de son travail prend la forme d’une biographie romancée où Foenkinos, en restituant la vie d’autrui, se cherche dans «la figure de l’autre» et nous livre un récit où il se met lui-même en scène faisant part à son lectorat de sa fascination pour la protagoniste.

    L’écrivain, pour représenter Charlotte, l’héroïne éponyme de son roman, procède par évocation et utilise comme recours littéraire le vers libre, à la manière d’un poème, des phrases courtes, des points à la ligne après chaque phrase, des figures de style qui laissent affleurer sa propre sensibilité à propos de la vie de cette jeune artiste allemande juive exterminée dans une chambre à gaz du camp d’Auschwitz.

    Il se base sur Leben oder Theater? (Vie où Théâtre?) la merveilleuse œuvre picturale autobiographique de Charlotte Salomon qui mélange plusieurs disciplines comme sont la peinture, l’écriture et la musique et qui interroge le sens de l’existence et la vocation de l’art.

    Charlotte a obtenu un très fort succès de librairie et a remporté le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens l’an 2009.

    L’histoire:

    Charlotte est une jeune artiste juive qui se démarque dans le domaine des arts par un style propre. Elle tombe éperdument amoureuse du professeur de chant de sa belle-mère et immortalisera cet amour, les horreurs perpétrés à l’égard des juifs et le tragique destin de sa famille à travers son art quand elle quitte l’Allemagne pour rejoindre ses grands-parents réfugiés en France…

  • Vie? Ou théâtre?
  • Charlotte Salomon (1917-1943
  • La historia de Charlotte Salomon
  • Esther Bruna.
    Club de Francès.

    4 comentaris

    Pas Pleurer. Lydie Salvayre

    lsalvayreChers lecteurs, lectrices

    Nous allons entamer la nouvelle année avec un roman dont le thème nous est proche. Qui n’a pas entendu dans son propre entourage maintes témoignages narrés en première personne à propos d’épisodes divers de la guerre civile espagnole? Pas pleurer est le titre du livre qu’a choisi l’écrivaine Lydie Salvayre et pour lequel elle a reçu le prestigieux prix Goncourt en 2014. Elle y relate la mémoire historique de cette guerre d’Espagne en rendant hommage d’une part et d’une certaine manière à l’écrivain français Georges Bernanos (1888-1939) et d’autre part, à sa mère.

    Pour cela, elle mêle des passages du pamphlet antifranquiste Les grands cimetières sous la lune rédigé par Bernanos dans lequel l’écrivain dénonce les répressions commises pendant la guerre avec le récit de l’été 1936 que Montse, sa mère âgée et atteinte de troubles de la mémoire lui confie depuis la maison de retraite où elle est internée. Le langage (fragnol) exprimé par cette mère et retranscrit par la romancière est à remarquer tel « je me racorde », « as-tu comprendi qui étaient les nationaux ? », « ça veut dire que je présenterai toutes les garanties d’une perfecte idiote, que je ne rechisterai(…), que je ne causerai aucune moleste(…) ainsi que tout le langage grossier. Le livre compte aussi de nombreux textes et de poèmes en langue espagnole.

    L’écrivaine, née à Autainville, d’un couple de républicains exilés dans le Sud de la France en 1939, grandit à Auterive, près de Toulouse, dans une colonie de réfugiés espagnols. Après sa licence de Lettres modernes à l’Université de Toulouse, elle étudie à la Faculté de Médecine puis se spécialise en psychiatrie à Marseille où elle exercera pendant plusieurs années la profession de psychiatre.

    paspleurerDepuis ses premières publications d’articles dans des revues littéraires dans les années 80 elle n’a pas cessé d’écrire et a reçu plusieurs récompenses pour ses livres. Son œuvre composée d’une vingtaine de livres est traduite dans plusieurs langues.

    L’histoire

    La jeune Montse, fille d’une famille puritaine campagnarde et ignorante du monde, nait dans un petit village de Catalogne où règnent l’immobilisme et l’autorité catholique. Elle est élevée sous l’autorité du père et la répression sexuelle que l’époque obligeait. Le déclenchement de la guerre civile espagnole et ses conséquences chamboulent les vies de toute la population. Elle est fascinée par l’enthousiasme que son frère Josep irradie à propos des idées anarchistes qu’il ramène au village à son retour de Lérida fermement décidé à rejoindre les camarades révolutionnaires venus de toute l’Europe pour soutenir la cause de l’insurrection libertaire. Elle le rejoint à la capitale le 1r août 1936 et y découvre l’exaltation du moment et de l’ambiance euphorique, l’amour et la liberté…

  • Lydie Salvayre
  • Carnet de lecture de Jacques Deruelle
  • Lydie Salvayre remporte le Prix Goncourt pour Pas pleurer
  • Georges Bernanos, Les Grands Cimetières sous la lune
  • Esther Bruna.
    Club de Lectura en Francès

    2 comentaris

    Pàgina Següent »